Facebook PixelRemédier - Hozana
Lucienne

Lucienne dans Neuvaine à Jésus Rédempteur

Publication #3Initialement publiée le 7 août 2018

Remédier

Remédier

Jésus,

“ Mon Seigneur et mon Dieu, nous avons ici, Vous et moi, un devoir particulier à accomplir, imposé par votre Père céleste. C'est à Vous de remplir l’Office du Maître, et à moi celui du disciple. Et parce que c'est au Maître de parler et au disciple de se taire, je garderai le silence ; et pour être plus attentif, je fermerai les yeux.”

(Révérend Père Balthasar Alvarez)

Fermons les yeux, et en disant le Notre Père, préparons notre coeur à s’approcher de Jésus crucifié.

Fermons les yeux, descendons en nous-mêmes et laissons-nous habiter par la vision de Jésus sur la croix.

.........................................

Ô Jésus, tes plaies sont toujours béantes,

Comme le dit Saint Léon Le Grand « la passion du Christ se prolonge jusqu’à la fin des siècles ». Acte mystique consenti dans la vérité du temps éternel, et non dans l’illusion d’un temps linéaire dans laquelle nous autres créatures nous vivons, la crucifixion se rejoue de toute éternité. Ou comme l’écrit Pascal avec l’acuité qui est la sienne “Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde”.

Ô Jésus... en agonie jusqu'à la fin du monde... Pour nous. Par nous.... : "Seigneur, ta Passions n'a pas pris fin. Tes blessures sont encore saignantes. On te crucifie, aujourd'hui encore. Où donc ? Il n'est que de lire les journeaux. Ton corps est torturé, crucifié partout et à tout heure. Dans tes membres humains." (Un moine de l'église d'Orient, Simples Regards sur le Sauveur)

Cette vérité que notre intellect peine à concevoir, que nos esprits toujours préoccupés par l’activité trop présente dans notre vie oublient ou ignorent, Jésus l’a donné à percevoir et vivre à des âmes choisies. Soeur Marie-Marthe Chambon a fait partie de ces âmes. Issue d’une famille pauvre dans le milieu du XIXème siècle elle n’aura jamais l’opportunité d’apprendre à lire et écrire, et quand elle entre au monastère on lui confie les tâches domestiques ; dès l’enfance cette âme sensible et aimante sera introduite par Jésus dans l’intimité du mystère du don par Jésus de ses plaies, du don de Jésus dans ses plaies éternellement ouvertes et saignantes comme une source offerte. Don immense, qui nous dépasse tellement que nous ne pouvons le contenir, et que pour pouvoir le recevoir nous ne nous pouvons que l’offrir à Dieu en retour : avec soeur Marie-Marthe Chambon disons dans la profondeur de notre coeur : “Père Eternel, je vous offre les Plaies de notre Seigneur Jésus -Christ, pour guérir celles de nos âmes”

Répétons ces mots et laissons-les agir en nous : Père Eternel, je vous offre les Plaies de notre Seigneur Jésus -Christ, pour guérir celles de nos âmes”



Jésus sera en agonie jusqu’à la fin du monde, pour nous guérir. Par son agonie donnée et voulue il est pour nous remède éternel. Il remédie à notre errance, notre exil, nos manques. C’est une vérité que nous ne pouvons pas comprendre, nous ne pouvons que nous laisser toucher par elle en laissant Jésus agir en nous :

Ecoutons La Prière du Bx Barthélemy de Saluce, et laissons ces mots inspirés oeuvrer en nous :


« Ô bon Jésus,

Salut de mon âme,

Vous êtes le Remède qui purifie, qui guérit et qui préserve de tout mal et de tout péché.

Ô Plaies très Saintes,

Sang très Précieux de mon Sauveur Jésus-Christ, quelle vertu, quelle efficacité sont en Vous !

Attirez-moi donc, ô Jésus, dans Vos très salutaires Blessures, là je serai en sûreté contre mes ennemis.

Laissons ces mots et tout ce qu’ils évoquent résonner en nous. Gardons en nous la vision de Jésus sur la croix, Jésus supplicié, Jésus couvert de plaies, et prenons conscience que ce sont des plaies d’amour. L’amour absolu de Jésus seul sur la croix, qui aime les hommes qui le supplicient, qui l’humilient. Un tel amour ne peut être que débordant, surabondant. Laissons-nous toucher au plus profond de notre coeur par cet amour. Malgré notre indignité profonde à le recevoir, et à cause de cette indignité, acceptons-le : il est le remède qui, lui seul, nous permettra d’aimer Jésus en retour.



Jésus crucifié je me sens totalement indigne de ton sacrifice et de ton amour. Au point d’être tentée de m’en détourner. Mais j’entends : j’entends ton appel d’amour sur le croix. Cet amour que tu nous donnes je veux l’accepter s’il peut me rendre capable de t’aimer en retour. Ô Jésus rends-moi apte à t’aimer, te consoler.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Jésus, prononcer ton nom

Publication #2Initialement publiée le 6 août 2018

Préparation

Publication #1Initialement publiée le 4 août 2018

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader