Facebook PixelJ 3 - Assistance à ceux qui lui sont fidèles - Hozana
Claudie

Claudie dans Neuvaine à Notre-Dame du Perpétuel Secours

Publication #3Initialement publiée le 21 juin 2018

J 3 - Assistance à ceux qui lui sont fidèles

J 3 - Assistance à ceux qui lui sont fidèles

Notre Dame du Perpétuel Secours assiste ses enfants qui lui sont fidèles,

Faire le signe de Croix,

Un notre Père, un Je vous salue Marie...

Méditation :

De chaque côté de l'auréole qui entoure ton visage est dessiné de grandes lettres. Ce sont les initiales des mots : Mère de Dieu. A droite de la tête de ton Fils on aperçoit les lettres de son nom : Jésus Christ. Parce que tu es mère du Fils de Dieu fait homme, tu es aussi secours perpétuel, sûr, irrésistible, intercession sans fin, prière efficace pour obtenir ce que nous demandons. Tu es Mère de Dieu. C'est ton titre principal, unique, exclusif.

Il y a beaucoup de mères dont les fils ont été illustres et beaucoup de femmes qui ont exercé une influence dans les domaines du pouvoir, de l'art ou de la science. Mais c'est toi seule que nous exaltons et vénérons, c'est en toi seule que nous nous réjouissons par-dessus toutes les créatures. Dieu, de génération en génération, continue de révéler en toi sa miséricorde pour tous les fidèles, c'est pour cela que tous te proclament bienheureuse.


Prière du jour :

Sainte Marie, « bénie entre toutes les femmes » prie pour nous (3 fois).

Résolution :

Avant que ne se termine la neuvaine, faites une confession sérieuse et fervente, comme si elle devait être la dernière.

Prions :

"Me voici, ô ma Mère ! Je suis une de ces âmes malheureuses qui mérite de me voir abandonnée de votre Fils et de vous, dans le misérable état de tiédeur où je vis depuis déjà tant d'années, mais les nouvelles lumières qu'Il me communique aujourd'hui par votre intercession, et cette voix mystérieuse qui m'appelle à Le servir avec ferveur, sont des signes qu'Il ne m'a pas encore abandonnée.

Ô Mère de toute bonté, je n'ai pas de ferveur, je n'aime pas Jésus comme je devrais L'aimer, et je désire cependant être toute à Lui. Aidez-moi à haïr extrêmement le péché véniel, augmentez ma ferveur. Priez, ne cessez pas de prier pour moi, afin que j'arrive au Ciel, où je serai à l'abri de tout danger de perdre Dieu, certain de L'aimer toujours et de vous aimer vous aussi, ô Mère du Perpétuel Secours, pour toute l'éternité ! Amen.

Tu le vois tout de suite, ô homme, qui que tu sois et en quelque difficulté que tu te trouves, que tu n'as pas raison de te décourager : tu trouves en Notre Dame du Perpétuel Secours, une Mère remplie de bonté, qui te secoure dans tes misères, si tu as confiance en Elle ! Elle te secourra continuellement jusqu'à ce que tu sois assis un jour à côté d'Elle, dans le Ciel.

Que soit donc béni le Seigneur qui, dans Son infinie miséricorde, nous a donné Sa bienheureuse Mère comme refuge et aide opportune dans toute tribulation, et que soit bénie celle qui est le Perpétuel Secours des enfants exilés d'Eve, dans cette vallée de larmes.
Ô Mère du Perpétuel Secours, quelle consolation, quelle douceur ressent l'âme, à prononcer votre nom ! C'est pour sa langue, comme un miel exquis ; pour l'oreille qui l'entend, une mélodie harmonieuse ; pour le cœur qui le savoure, la plus pure et sainte allégresse.

Ô Mère du Perpétuel Secours, j'aime à contempler votre image bénie. Elle me parle avec éloquence de toutes vos grandeurs.
A droite, j'y vois l'archange Gabriel, le divin Ambassadeur qui vous salua du titre absolument unique de « Pleine de grâce ».
A gauche, j'y vois l'archange Michel dont la présence nous rappelle que vous commandez à toutes les milices célestes.
En votre main droite, vous tenez les mains du Roi des rois. Tout cela me rappelle que vous êtes la Femme bénie entre toutes les femmes, le plus bel ornement de l'univers, la créature jugée seule digne de devenir la Mère du Verbe incarné. Vous êtes l'Immaculée, la Toute-Sainte, le chef-d'œuvre du Très-Haut. Vous êtes la Reine de la terre et des cieux, le grand honneur de notre humanité.

Ô Mère admirable, loin de m'effrayer, votre incomparable grandeur ne fait qu'augmenter ma confiance : si Dieu, dans sa bonté, vous a faite si sainte et si puissante, c'est pour notre salut, et si vous vous réjouissez de vos privilèges, c'est qu'ils vous permettent de mieux nous secourir.
Ô Mère incomparable, accordez-moi la grâce que je sollicite de votre maternelle tendresse.

Ô Mère du Perpétuel Secours, ne permettez pas que je tombe dans la tiédeur, et si, par malheur, j'y étais tombé, faites-en sorte que je m'en relève bientôt !"

Prière de contrition :

"Mon Seigneur Jésus-Christ, Dieu et homme véritable, mon créateur, mon Père et mon Rédempteur, voici à vos pieds un pauvre pécheur qui a bien attristé Votre Cœur aimant. Hélas, aimable Jésus, comment ai-je pu offenser et remplir d'amertume ce Cœur qui m'aime autant et qui n'a rien épargné par amour pour moi ? Combien grande fut mon ingratitude ! Mais, ô mon Sauveur ! Je veux Vous consoler ! Je Vous dis tout de suite que je me repens, ayant ressenti tant de peine, pour les déplaisirs que je Vous ai causés, que je voudrais mourir de douleur et d'une pure contrition.

Oh ! Mon Jésus ! Qui me fera pleurer le péché comme Vous l'avez pleuré, en Votre vie mortelle ? Mon âme regrette de Vous avoir offensé. Père Eternel, en réparation de mes fautes, je Vous offre le chagrin et la douleur qu'en a ressentis pour elles le Cœur de Votre Divin Fils. Et Vous, ô Jésus si aimant, donnez-moi une telle horreur du péché, que dorénavant, elle me fasse éviter même les fautes les plus légères. Loin de mon cœur maintenant, les affections terrestres : je ne veux plus aimer d'autre que mon Rédempteur de toute bonté. Oh ! Mon Jésus ! Aidez-moi, fortifiez-moi et pardonnez-moi.

Ma Mère du Perpétuel Secours, intercédez pour moi et obtenez-moi le pardon de mes péchés. Amen. (3 fois)"

Le Souvenez-vous :

"Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à vous, imploré votre protection ou réclamé votre secours, aient été abandonné.

Animé(e) d'une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je cours, je viens à vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds.

Ô Mère du Verbe incarné, ne rejetez pas mes humbles prières, mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer. Amen."

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

J 2 - Aide pour sortir du péché

Publication #2Initialement publiée le 20 juin 2018

J 1 - Considérations sur le titre de Notre-Dame du Perpétuel Secours

Publication #1Initialement publiée le 19 juin 2018

69 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader