QUATRIEME jour - Hozana

QUATRIEME jour

Avec ce lundi,
nour (re)prenons un rythme régulier pour notre chemiment :
à 19h : messe, temps de prière, enseignement.

Ce lundi, en la fête de St Matthias, Apôtre, nous retrouvons à Baldersheim.
C'est le P. Michel qui nous fera une prîère méditée du chapelet
avant l'intervention du P. Daniel SERRES sur l'Esprit Saint dans la vie du baptisé :

Une première partie évoquera les DONS DU ST ESPRIT que nous recevons au baptême et qui nous permettent de "décoder" l'Esprit Saint pour qu'il agisse en nous. Une deuxième partie nommera les fruits de cette action du Saint Esprit en se basant sur la liste donnée en Ga 5,22. Enfin je terminerai en proposant 3 disposition indispensables pour que l'Esprit puisse pleinement enrer en nous. Pour cela je m'appuierai sur d'un "spécialiste" de la vie spirituelle : le Père Marie Eugène de l'Enfant Jésus, Carme, qui a été béatifié il y a quelques mois...

Notre retraite se fait aussi connaître sur la radio RCF.
L'interview du P. Eric est à écouter ici : Radio RCF

N'oublions tout au long de cette journée d'allumer notre lumignon,
et d'invoquer l'Esprit Saint.

En cette quatrième journée, nous pouvons méditer la quatrième strophe de notre prière :

Repos dans la peine,
Paix dans les passions,
Consolation dans mes larmes.

Voici une méditation du pape Benoit XVI (Homélie du 14 mai 2010, Voyage apostolique au Portugal)

Soyez des témoins !

      « Il faut que l’un d’entre eux devienne avec nous témoin de sa résurrection », disait Pierre … Mes frères et sœurs, il faut que vous deveniez … des témoins de la résurrection de Jésus. En effet, si vous, vous n’êtes pas ses témoins dans votre milieu de vie, qui le sera à votre place ? Le chrétien est, dans l’Église et avec l’Église, un missionnaire du Christ envoyé dans le monde. C’est là la mission qu’on ne peut différer de toute communauté ecclésiale : recevoir de Dieu le Père et offrir au monde le Christ ressuscité, afin que toute situation d’affaiblissement et de mort soit transformée, par l’Esprit Saint, en occasion de croissance et de vie. 

      Nous n’imposons rien, mais nous proposons toujours, comme Pierre nous le recommande dans une de ses lettres : « Traitez toujours saintement dans vos cœurs le Seigneur Christ, toujours prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous » (1 P 3, 15). Et en définitive, tous le demandent même ceux qui semblent ne pas le demander. Par expérience personnelle et communautaire, nous savons bien que c’est Jésus, celui que tous attendent. En effet, les attentes les plus profondes du monde et les grandes certitudes de l’Évangile se rencontrent dans la mission irrécusable qui nous revient puisque « sans Dieu l’homme ne sait où aller et ne parvient même pas à comprendre qui il est. Face aux énormes problèmes du développement des peuples qui nous pousseraient presque au découragement et au défaitisme, la parole du Seigneur Jésus Christ vient à notre aide en nous rendant conscients de ce fait que : ‘Sans moi, vous ne pouvez rien faire’ (Jn 15, 5) ; elle nous encourage : ‘Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde’ (Mt 28, 20) » (Cf. Enc. Caritas in veritate, n° 78) … 

      Oui ! Nous sommes appelés à servir l’humanité de notre temps, comptant uniquement sur Jésus, en nous laissant éclairer par sa Parole : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous partiez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure » (Jn, 15, 16). Que de temps perdu, que de travail renvoyé à plus tard sur ce point par inadvertance ! Tout se définit à partir du Christ, quant à l’origine et à l’efficacité de la mission : la mission nous la recevons toujours du Christ, qui nous a fait connaître ce qu’il a entendu de son Père, et nous y sommes engagés par l’Esprit, dans l’Église. Comme l’Église elle-même, œuvre du Christ et de son Esprit, il s’agit de renouveler la face de la terre en partant de Dieu, toujours et seulement de Dieu !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6