Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! - Hozana

Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !

Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 9, 2-10)

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Acclamons et Partageons la Parole du Seigneur!

Merci  à Emmanuel pour l'illustration ! Si vous souhaitez vous aussi participer au partage de la Parole de Dieu par vos talents d'illustrateurs, n'hésitez pas à nous écrire sur le formulaire de contact.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

40 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Jean Michel
place Marseille, il y a 1 an
Mc 9, 2-10 Jésus transfiguré Publié le 23 février 2018 par Père Jean-Luc Fabre (2e dimanche Carême B). Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,2-10. L’Eglise nous propose toujours de considérer la scène de la Transfiguration au début du Carême... Avant l’épreuve, il est toujours donné à celui qui va l’affronter un signe pour montrer vers où elle débouchera. C’est ainsi que la foi peut s’engager. La foi est réponse à un appel, à une promesse. Cela est vrai pour Notre Seigneur Jésus Christ, cela est aussi vrai pour nous, notamment en ce temps de Carême. Dans cette riche scène de la Transfiguration, il y a ce qui se passe entre Jésus et ses protagonistes, la parole du Père qui émane de la nuée et il y a les disciples, Pierre, Jacques et Jean. Ils sont les témoins de cette scène, ils ont été mis dans la confidence. A travers eux, nous pouvons revivifier notre propre manière d’être chrétien, baptisés. De leur manière de faire, nous pouvons mieux comprendre, je pense, comment Dieu se communique, nous pouvons aussi percevoir la place que nous recevons aussi dans la révélation de la gloire de Dieu aujourd’hui, celle à l’image du Fils, comme Roi, Prêtre et Prophète. « Eux seuls, à l'écart » Une confidence pour Jésus, cela repose sur une intention personnelle, un choix déterminé, un appel, un déplacement en commun... Jésus pose un acte et cet acte il veut que d’autres, choisis, en soient les témoins. Il y a une seigneurie qui émane de Lui et demande à être reçu. Tout ce qui advient est le fruit de la libre initiative de Jésus qui va vers le sens de l’histoire de son peuple en gravissant la montagne. Nous aussi nous avons à considérer notre juste place, elle est réponse à l’initiative divine. Découvrons ainsi la dimension royale de notre être. Nous sommes capables d’initier sur la terre des vivants... « Heureux que nous soyons ici » cette révélation est un excès qui fait que sur le moment Pierre et les autres ne savent comment trouver l’attitude juste. Il leur est seulement demandé d’être là, sans aucune autre attente que d’être là, témoins de ce qui se passe... Position modeste, mais position qui cherche à se manifester, à exister. Nous aussi nous avons à mesurer combien il nous est simplement demandé de dire le juste état des choses, là où nous sommes. Découvrons ainsi la dimension sacerdotale de notre être. Nous sommes capables de célébrer... « En se demandant entre eux » La grande manifestation conduit au quotidien, à l’écoute dans le quotidien. C’est là que Jésus va se révéler pleinement. Dieu ne se révèle pas dans un au-delà et cette scène extraordinaire ramène au vivre ensemble, à la patience. Nous sommes appelés à être vigilants, à savoir voir et dire le sens du quotidien, car le quotidien se dépasse comme lieu de la révélation et de l’alliance. Nous aussi, devant les événements, nous avons à produire un sens, une signification. Découvrons ainsi la dimension prophétique de notre être. Nous sommes capables d’interpréter... Trois moments de la scène qui font affleurer trois dimensions de notre être... Riche de ces confirmations, suivons le chemin du Seigneur en notre quotidien.
Pierrette
place Pleslin-Trigavou, il y a 1 an
Avant l’épreuve, il est toujours donné à celui qui va l’affronter un signe pour montrer vers où elle débouchera. C’est ainsi que la foi peut s’engager. La foi est réponse à un appel, à une promesse. Union de prière Jean Michel.
Guy
 il y a 1 an
Seigneur , me voici et je t obéis, tu as toujours raison Amen
Marie therese
place Carcès, il y a 1 an
Louanges à Toi Seigneur Jésus !!! 💖💖💖
Thérèse
place Ottawa, il y a 1 an
celui ci est mon fils bien aime, ecoutez le. Seigneur, ouvre mon coeur a ta parole!