29eme JOUR : Le Grand Miracle - Hozana

29eme JOUR : Le Grand Miracle

29eme JOUR : Le Grand Miracle

Le Grand Miracle



fatima
Le 13 octobre 1917 étant arrivé, la pluie tombe à verse, sans décourager les pèlerins et les curieux, qui affluent de toutes parts. La foule atteint plus de 70.000 personnes.
« Il faut fermer les parapluies », crie Lucie.
Tout le monde obéit à cette petite fille de dix ans, et, trempés jusqu'aux os, transis de froid dans ce bas-fond de la Cova-da-Iria transformé en immense bourbier, l'on récite le chapelet, chantant des cantiques entre les dizaines, sous la pluie qui tombe toujours.
A midi précis, Lucie tressaille et s'écrie : « Un éclair ! »
Et regardant vers le Ciel : « La voici, la voici ! »
- « Regarde bien ma fille. Prends garde de ne pas te tromper », lui dit sa mère, qui se demande, non sans inquiétude, comment s'achèvera toute cette affaire. Saisie par l'extase, Lucie ne l'entend plus. Son visage devient de plus en plus beau ; il prend une teinte rose, ses lèvres s'amincissent. François et Jacinta aperçoivent aussi la Dame à l'endroit ordinaire.
« Qui êtes-vous, Madame, et que voulez-vous de moi », interroge Lucie.
- « Je suis Notre-Dame du Rosaire et je veux en ce lieu une chapelle en mon honneur », répond la Vision.
Pour la sixième fois elle recommande la récitation quotidienne du chapelet et, revenant au point central de son message :
« Il faut que les hommes se corrigent, qu'ils demandent pardon de leurs péchés. » Et l'air plus triste, d'une voix suppliante elle ajoute :
« Qu'ils n'offensent plus Notre-Seigneur qui est déjà trop offensé ! »
Ces paroles frappent fortement l'esprit des petits Voyants. Ils garderont tous les trois un profond souvenir de l'expression d'indicible douleur qui a paru sur le visage de la Vierge lorsqu'elle les prononçait.
Comme pour en souligner l'importance et la gravité, « les puissances célestes sont alors ébranlées », les lois astronomiques renversées et l'immense foule est témoin d'un spectacle stupéfiant, unique, jamais vu...
La pluie s'arrête, par une large déchirure des nuages, sur le ciel bleu le soleil apparaît, étrange, semblable à un disque d'argent mat, que l'on peut regarder sans en être ébloui. Une couronne brillante entoure le disque.
Tous contemplent avec stupeur cette éclipse d'un nouveau genre.
Soudain, le soleil tremble, se secoue avec des mouvements brusques et finalement il tourne sur lui-même comme une roue de feu, projetant dans toutes les directions des gerbes de lumière dont la couleur change plusieurs fois. Cela dure quatre minutes, après lesquelles la féerie recommence une seconde, une troisième fois, toujours plus variée, coloriée, prodigieuse.
Tout à coup, ceux qui composent la multitude des spectateurs, sans aucune exception, ont la sensation que le soleil se détache du firmament. Ils le voient par bonds en zigzag, se précipiter sur eux, irradiant une chaleur de plus en plus intense.
Un cri formidable jaillit de toutes les poitrines, des exclamations diverses se font entendre.
« Miracle ! Miracle ! » crient les uns. « Je crois en Dieu ! » proclame un autre. « Je vous salue, Marie », disent certains. « Mon Dieu, miséricorde », implorent un grand nombre... Et bientôt, c'est ¬ce dernier appel qui domine.
Puis, d'un seul mouvement, cette foule terrifiée et attendant la mort, tombe à genoux dans ce bourbier de terre glaise et, la voix entrecoupée de sanglots, récite le plus fervent acte de contrition.
Cependant le soleil, s'arrêtant dans sa course vertigineuse, remonte à sa place en zigzaguant comme il est descendu, il reprend peu à peu son éclat normal, dans un ciel limpide.
Alors la foule se relève et chante en chœur un vibrant Credo. Indescriptible est l'émotion générale. Un vieillard, jusque là incroyant, les larmes inondant son visage et les mains tendues vers le Ciel, s'écrie : « Vierge sainte !... Vierge bénie !... Vierge du Rosaire, sauvez-nous !... » De tous côtés se déroulent des scènes analogues.
La foi et la pratique sincère de la religion se réveillent puissamment dans les âmes, et le relèvement national du Portugal s'ensuit sur toute la ligne.
Ô France ! Ô Français ! voyez et comprenez !... Le Message de Fatima est parfaitement adapté aux besoins de notre siècle si troublé ; il nous apporte ce qui nous manque le plus. Accueillons-le avec une parfaite et généreuse bonne volonté. Jetons-nous dans les bras de notre céleste Mère qui s'ouvrent pour nous recevoir et nous conduire, repentants et transformés, à Celui qui, Seul, est le salut, la paix, le bonheur des individus et des nations, dans l'ordre recouvré et conservé.


PRIÈRE

Seigneur, nous vous offrons les mérites de Marie, votre Mère et notre Mère au pied de la Croix, pour apaiser votre divine Justice.

Ô Marie, doux Refuge des pécheurs,
priez pour nous.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

21 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Leticia
Leticia place Île-de-France, il y a 21 jours
Seigneur, nous vous offrons les mérites de Marie, votre Mère et notre Mère au pied de la Croix, pour apaiser votre divine Justice. Ô Marie, doux Refuge des pécheurs, priez pour nous. Amen.
Danièle
Danièle place Avignon, il y a 21 jours
O Marie doux refuge des pêcheurs! Écoute ma prière et accorde moi ton aide en ces jours pénibles! Amen ! Alleluia ! 💜
GJ
GJ place Metz, il y a 21 jours
Ô France ! Ô Français ! voyez et comprenez !... En grande Union de Prières. Amen.
Edith
Edith place Brittany, il y a 21 jours
O France, réveille toi et prie ! Fille aînée de l'Eglise rappelle toi de ton baptême !
Stella
Stella place Auvergne-Rhône-Alpes, il y a 21 jours
Ô Marie, doux Refuge des pécheurs, priez pour nous. 💟💟💟
Erne
Erne place Yaoundé, il y a 21 jours
Amen
Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies