Va-t-on perdre la trace de Jésus sur terre ? - Hozana
Carême chrétien

Carême chrétien dans Carême à domicile - Edition 2018

Publication #3Initialement publiée le 16 février 2018

Va-t-on perdre la trace de Jésus sur terre ?

Vendredi 16 février

Un jour, on demanda à Jésus pourquoi ses disciples ne jeûnaient pas comme ceux de Jean le Baptiste. Il répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils jeûner pendant que l’Époux est avec eux ? Tant qu’ils ont l’Époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner. Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ce jour-là, ils jeûneront » (Mc 2, 19-20). « L’Époux va être enlevé aux disciples », Jésus fait allusion au temps de sa passion et de sa mort et, sans doute, à celui où il n’habitera plus sur terre. Mais n’y aurait-il pas un autre ‘enlèvement’ de Jésus, qui serait, celui-là, dramatique ? Se pourrait-il que nous perdions sa trace ? Chacun de nous a entendu un jour : « La religion, c’est fini. Il n’y a plus de curés. Plus personne ne croit à ces choses-là ! ». Il est vrai qu’à l’allure à laquelle notre société se matérialise et se sécularise, nous pouvons nous poser la question : « Dans cent ans, parlerons-nous encore de Jésus ? »

Ne laissons pas Satan nous décourager : dans bien des pays sur notre planète, Jésus est bien vivant ; et dans notre société occidentale laïcisée, les catholiques ont une foi solide, dynamique et créative. Le catholicisme est en progression dans le monde : 7,4% entre 2010 et 2015, selon l’Annuaire Pontifical 2017 et l’Annuaire Statistique de l’Église 2015, et les chrétiens représentent plus d’un tiers de la population mondiale.

Non, Jésus peut disparaître de notre cœur, mais pas du monde. En Galilée, sur la montagne où, ressuscité, il attendait ses onzedisciples, il leur dit : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (dernière phrase de l’Évangile de Matthieu 28, 20).

77110-va-t-on-perdre-la-trace-de-jesus-sur-terre

 

Prière :

Dans notre pays qui se déchristianise,

accorde-nous, Seigneur, avec l’aide de ton Esprit,

d’accomplir, par nos actes et par nos paroles,

la mission que tu nous as confiée :

être le sel de la terre (Mt 5, 13-14),

le levain dans la pâte (Mt 13, 33)

et tes témoins dans le monde (Ac 1,8).

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

La porte étroite

Publication #1Initialement publiée le 14 février 2018

Pharisiens et publicains, aujourd’hui

Publication #2Initialement publiée le 15 février 2018

20 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader