Jour 23 - "Et le Verbe s'est fait chair"

Jour 23 - "Et le Verbe s'est fait chair"

De l'Évangile selon saint Jean

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l'existence, mais le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l'ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité (Jn 1, 9-14)

Méditation du Père Sébastien Thomas 

Ces quelques mots nous conduisent au cœur de la foi chrétienne, au cœur de ce que nous fêtons a Noël, et que saint Irénée a exprimé d'une autre manière : « Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu. » La deuxième personne de la Sainte Trinité, le Verbe de Dieu engendré non pas créé, qui était auprès de Dieu depuis toute éternité, a pris chair dans notre humanité créée. Il est entré dans l'espace et le temps pour vivre parmi nous. L'état de créature est indigne du Créateur, mais l'amour de Dieu pour l'homme a été jusque-là ! Le Fils de Dieu a voulu épouser notre condition d'hommes, dans ses joies et ses épreuves, connaissant tout ce qui fait notre vie a l'exception du péché, pour mieux la porter lui-même. Quand nous voulons porter quelqu'un, il nous faut nous abaisser plus bas encore que cette personne, pour mieux la soulever. C'est un peu ce que le Verbe de Dieu a fait avec nous : il s'est abaissé au plus bas pour nous élever, il a pris notre chair pour que nous voyions sa gloire, il s'est fait homme pour que nous devenions Dieu. Aujourd'hui, alors que Dieu se fait homme, nous recevons cette grâce immense d'être élevés jusqu'à Dieu. Dans la simplicité et l'humilité de l'enfant de Bethléem, nous voyons la gloire de Dieu.

Federico BarrocciLa Nativité (1597), Federico Barocci (1535-1612) © Domaine public

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader