Neuvaine pour l'engagement des catholiques dans la Cité - JOUR 1 - Hozana

Neuvaine pour l'engagement des catholiques dans la Cité - JOUR 1

Neuvaine pour l'engagement des catholiques dans la Cité - JOUR 1

Jour 1 – Il est nécessaire d’agir pour la société

La « doctrine d’action » proposée par Jean Ousset constitue l’inverse d’une idéologie de l’action. Il s’agit pour lui de faire vivre, de revitaliser et de construire, et non de substituer une nouvelle « hégémonie culturelle » à celle que nous combattons. Ainsi écrit-il : « Notre but n’est pas la victoire d’un parti. Nous avons à rendre à la société sa santé, sa vie même, naturelle et vraie. Il faut une action sociale et politique qui revitalise et guérit. »

Jean Ousset ne pense donc pas uniquement au service des personnes touchées par des conditions sociales indignes, mais plus largement encore à une action qui puisse rebâtir la société. Or, « On ne saurait si prendre pour construire comme on s’y prend pour démolir » Comment reconstruire ? Comment refonder les amitiés politiques, sociales et culturelles capables de refaire un peuple ? La clef de l’action se situe dans l’exercice des libertés et des responsabilités, et chaque catholique, chaque personne de bonne volonté, est appelé à y participer.  

« Pour travailler à l’extension du royaume de Dieu dans le temporel, il faut aussi opérer un travail d’intelligence sur soi-même pour discerner ce que le Seigneur attend de nous. Qui suis-je ? De quoi suis-je capable ? Que dois-je faire ? Or souvent, dans notre devoir d’état, nous oublions que nous sommes fils de France et que, à ce titre, nous sommes débiteurs de notre mère Patrie de qui nous avons infiniment reçu. Il nous faut intégrer dans nos devoirs d’état celui de rendre à la France d’aujourd’hui l’héritage que nous avons reçu de la France d’hier. (…) Cela requiert une exigence de l’esprit et du cœur. Il ne faut pas chercher à savoir d’emblée quelle est notre participation réelle à l’extension du Royaume de Dieu : on ne s’en rend compte qu’après coup, souvent au soir de sa vie, avec plus de recul. » Pour qu'il règne

 

A l’école de l’action avec Léon XIII.

Pape de 1878 à 1903, Léon XIII promulgue en 1891 Rerum Novarum, première encyclique sociale et texte inaugural de la doctrine sociale de l’Eglise. Cette doctrine illustre l’attention permanente de l’Eglise pour l’homme dans la société. Elle est destinée à guider la conduite de la personne en s’appuyant sur quatre principes fondamentaux : la dignité de la personne, le bien commun, la subsidiarité et la solidarité. Ayons toujours à cœur d’agir pour notre société, à la lumière de l’héritage de notre mère l’Eglise !     

 PRIERE DE LA COMMUNAUTE - Seigneur, suscitez chez tous les laïcs catholiques l'ardent désir d’œuvrer à l'établissement de la Civilisation de l'Amour énoncée par Saint Jean-Paul II. Affermissez la foi des chrétiens et la conscience des hommes de bonne volonté. Envoyez-nous votre Esprit Saint, qu'il éclaire notre intelligence et nous inspire ce que nous devons dire et faire dans toutes nos actions au service de la Cité. Bénissez ces actions et accordez-nous de toujours trouver les possibilités matérielles et financières qui permettront à notre oeuvre d'être au service de nos frères en vue du bien commun. Amen

Colloque des catholiques en action - 18 novembre 2017 : http://www.ichtus.fr/ 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Marie-Thérèse
Marie-Thérèse place Quincy-Voisins, il y a 16 jours
En union de prières - Amen -
Guillaume
Guillaume place Mainvilliers, il y a 16 jours
A l’école de l’action avec Léon XIII. Pape de 1878 à 1903, Léon XIII promulgue en 1891 Rerum Novarum, première encyclique sociale et texte inaugural de la doctrine sociale de l’Eglise. Cette doctrine illustre l’attention permanente de l’Eglise pour l’homme dans la société. Elle est destinée à guider la conduite de la personne en s’appuyant sur quatre principes fondamentaux : - la dignité de la personne, - le bien commun, - la subsidiarité et - la solidarité. Ayons toujours à cœur d’agir pour notre société, à la lumière de l’héritage de notre mère l’Eglise !
Guillaume
Guillaume place Mainvilliers, il y a 16 jours
« Pour travailler à l’extension du royaume de Dieu dans le temporel, il faut aussi opérer un travail d’intelligence sur soi-même pour discerner ce que le Seigneur attend de nous. Qui suis-je ? De quoi suis-je capable ? Que dois-je faire ? Or souvent, dans notre devoir d’état, nous oublions que nous sommes fils de France et que, à ce titre, nous sommes débiteurs de notre mère Patrie de qui nous avons infiniment reçu. Il nous faut intégrer dans nos devoirs d’état celui de rendre à la France d’aujourd’hui l’héritage que nous avons reçu de la France d’hier. (…) Cela requiert une exigence de l’esprit et du cœur. Il ne faut pas chercher à savoir d’emblée quelle est notre participation réelle à l’extension du Royaume de Dieu : on ne s’en rend compte qu’après coup, souvent au soir de sa vie, avec plus de recul. » Pour qu'il règne « Si le monde désaxé court à la dérive, c'est en grande partie parce qu'il y a trop de mouvements, pas assez de prières, trop d'action et pas assez d'adoration, trop d'oeuvres et pas assez de vie intérieure... pas assez d'esprit surnaturel. [...] » Marthe Robin - 4 mars 1930
José
José place Kinshasa, il y a 16 jours
Mon Seigneur mon Dieu,donnez-moi la grâce,et aidez-moi à trouver les possibilités materielles et financières pour être au service de mes frères en situation difficile,en union des prières,amen!!!
Marie-guy
Marie-guy place Orbigny, il y a 16 jours
En union de priere 🙏Amen Alleluia
Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies