Facebook Pixel9e jour : consentir à la volonté de Dieu - Hozana
Juliette

Juliette dans Neuvaine à Sainte Anne pour les célibataires

Publication #9Initialement publiée le 24 décembre 2017

9e jour : consentir à la volonté de Dieu

PAROLE DE DIEU (Mt 1,18-25)

Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, était fiancée à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle se trouva enceinte par l'action du Saint-Esprit. Joseph, son fiancé, qui était un homme juste et qui ne voulait pas l'exposer au déshonneur, se proposa de la répudier en secret. Comme il avait formulé ce projet, un ange du Seigneur lui apparut dans un rêve et dit : « Joseph, descendant de David, n'aie pas peur de prendre Marie pour femme, car l'enfant qu'elle porte vient du Saint-Esprit. Elle mettra au monde un fils et tu lui donneras le nom de Jésus car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva afin que s'accomplisse ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : Voici que la vierge est enceinte, elle mettra au monde un fils et on l'appellera Emmanuel, ce qui signifie « Dieu avec nous ». A son réveil, Joseph fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit et il prit sa femme chez lui, mais il n'eut pas de relations conjugales avec elle jusqu'à ce qu'elle ait mis au monde un fils premier-né auquel il donna le nom de Jésus.

Nous voici bientôt arrivés au terme de notre retraite : voulez-vous passer cette journée avec saint Joseph et vivre avec lui les derniers préparatifs pour la solennité de Noël ? Comme père adoptif du Fils de Dieu, saint Joseph est souvent évoqué pour les affaires matérielles. Mais il aime aussi être invoqué pour les peines de cœur : l’évangile rapporte qu’il a connu de grands tourments intérieurs. Il a cru qu’il devrait renoncer à vivre auprès de sa dame de cœur, Marie. Pire, il a même cru qu’il devrait la répudier. Passé par cette épreuve, il comprend particulièrement la peine de ceux qui tardent à pouvoir se marier.

Comment cela ? Si on se réfère à l’histoire du mariage juif, un contrat a été signé entre les parents de Joseph et de Marie, et Marie, qui vient de passer quelques mois auprès d’Elisabeth, se prépare à aller vivre avec son époux. Et voilà que Joseph se rend compte qu’elle est enceinte. Quelles interrogations ont dû le traverser ? « Qui est le père de cet enfant ? Pourquoi Marie ne m’a-t-elle rien dit ? Quel est le secret de ma bien-aimée dont le visage rayonne d’une lumière céleste ? La loi me dit que puisque je ne suis pas le père de cet enfant, je dois la répudier. Mais je ne puis accepter que ma bien-aimée soit lapidée… » L’évangile dit de Joseph que c’est un homme juste, c’est-à-dire qu’il est ajusté à la loi parce qu’il veut servir Dieu fidèlement. Il aime Marie et il craint Dieu, c’est pour cela qu’il forme le projet de répudier Marie secrètement pour lui éviter la lapidation. Un peu comme un autre juste, Abraham, qui avait reçu l’ordre de sacrifier Isaac et que l’ange avait arrêté juste avant qu’il ne le tue, Joseph a choisi d’obéir à Dieu. Et pour cela, il se laisse bousculer par Dieu, il renonce à ses rêves humains et consent à entrer dans le plan de Dieu. Par son obéissance, il devient père adoptif du fils de Dieu et reçoit une tâche incroyable, donner le nom à cet enfant « mystère ». Comme chef de famille il doit aussi le protéger ainsi que sa mère.

Rappelez-vous la 1e méditation, « quitter ». Au terme de cette retraite, nous y revenons. Dieu nous appelle à quitter des projets et des idéaux humains pour consentir à un plan divin. Consentir n’est pas subir. Bien au contraire, c’est accepter en pleine conscience ce que Dieu veut pour nous, même si nous ne savons pas ce qui nous attend, en croyant que Dieu nous conduit vers un bonheur plus grand que ce que nous pouvons imaginer. Avant de s’installer paisiblement à Nazareth, la vie de saint Joseph a été plutôt mouvementée : prendre chez lui une femme enceinte, accepter la chasteté des consacrés, quitter le confort de Nazareth pour un recensement à Bethléem en faisant voyager une femme sur le point d’accoucher, lui trouver un lieu pour la naissance, voyager encore avec une femme venant d'accoucher et un nouveau-né pour échapper à des massacres, se réfugier dans un pays inconnu en perdant toute sécurité matérielle… Tout ce qu’il a vécu a servi la gloire de Dieu et contribué au salut du monde.

Saint Joseph, l’homme du silence, qui a obéi à Dieu sans discuter, sans se révolter, dans une confiance absolue en un Dieu d’amour, nous rappelle par sa vie que nous ne devons pas idéaliser le mariage : les gens mariés ont eux aussi leur part de souffrance. Confions-lui notre peine, notre attente. Invoquons-le et demandons-lui de consentir au plan d’amour auquel nous sommes appelés. Demandons-lui d’accueillir le Fils de Dieu dans notre cœur. N'oublions jamais, Dieu nous veut heureux !

Prions-le avec les mots de Saint François de Sales :

« Glorieux Saint Joseph, époux de Marie, accordez-nous votre protection paternelle, nous vous en supplions par le cœur de Jésus-Christ. O vous, dont la puissance infinie s'étend à toutes nos nécessités et sait nous rendre possibles les choses les plus impossibles, ouvrez vos yeux de Père sur les intérêts de vos enfants. Dans l'embarras et la peine qui nous pressent, nous recourons à vous avec confiance; daignez prendre sous votre charitable conduite cette affaire importante et difficile, cause de nos inquiétudes. Faites que son heureuse issue tourne à la gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs. Ainsi soit-il »

Ô Sainte Anne, qui comme votre gendre avez consenti à la volonté de Dieu, apprenez-nous à l’accueillir dans la foi. Comme une grand-mère veille sur ses enfants, aidez-nous à bien préparer notre cœur pour recevoir votre Divin petit-fils.

Notre Père

Je vous salue Marie

Gloire au Père

Saint Joseph, priez pour nous

Sainte Anne, priez pour nous

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

8e jour : Persévérer dans la prière

Publication #8Initialement publiée le 23 décembre 2017

7e jour : Entrer dans la confiance

Publication #7Initialement publiée le 22 décembre 2017

6e jour : Au pied de la Croix

Publication #6Initialement publiée le 21 décembre 2017

20 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader