Facebook PixelJour 6 - C'est qui le patron ? - Hozana
Croire.com

Croire.com dans La Sainteté avec les Cahiers Croire

Publication #6Initialement publiée le 1 novembre 2017

Jour 6 - C'est qui le patron ?

Jour 6 - C'est qui le patron ?

A chacun, son saint patron !

Sainte Apolline

C'est la sainte à invoquer quand on a une rage de dent ! Vierge et martyre, morte à Alexandrie (Egypte) en 249, sous le règne de l'empereur Dèce, sainte Apolline fut édentée avant de mourir brûlée vive. Refusant de renier sa foi, elle s'élança elle-même dans les flammes en offrant sa vie. Elle est la sainte patronne des dentistes.

Sainte Barbe

Le culte de sainte Barbe (ou Barbara) s'est répandu en Orient et en Occident à partir du 5e siècle. Des légendes autour de cette vierge et martyre de Nicomédie (Turquie), racontent que son bourreau serait mort foudroyé. C'est pourquoi, on l'invoque contre la foudre et la mort subite par le feu ou l'électricité. Sainte Barbe est aussi la patronne des pompiers et artificiers !

Saint Barthélémy

Originaire de Cana en Galilée, Barthélémy est aussi Nathanaël dans l'évangile selon saint Jean (Jean 1, 43-51). Conduit à Jésus par Philippe, il est choisi pour faire partie du groupe des apôtres. Après l'Ascension, un mélange de tradition et de légende veut qu'il ait évangélisé l'Arabie, la Mésopotamie, et soit allé jusqu'en Inde. Il serait mort en martyr, écorché vif en Arménie. Très fêté dans les îles éoliennes (Sicile), saint Barthélémy est le saint patron des bouchers et de ceux qui travaillent le cuir : relieurs, tanneurs.

Saints Côme et Damien

Venus d'Arabie à Cyr en Syrie au IIIe siècle pour exercer leur métier de médecins, Côme et Damien étaient peut-être frères. Chrétiens, ils soignaient les pauvres gracieusement. Le gouverneur Lysias, qu'ils avaient pourtant soigné, les fit arrêter et mettre à mort après d'horribles tortures. Martyrs pour leur foi, Côme et Damien sont les plus connus des saints vénérés en Orient. Ils sont invoqués pour l'accompagnement des malades et les saints patrons des chirurgiens et des pharmaciens.

Saint Eloi

Issu d'une famille de paysans aisés du Limousin qui travaillaient eux-mêmes la terre, « le bon saint Eloi » fut d'abord orfèvre, puis trésorier à la cour de Clotaire II, avant de devenir conseiller du roi Dagobert. A la mort de ce dernier, il devint prêtre et fut nommé évêque de Noyon en 641. Il passa les dernières années de sa vie à administrer son diocèse, servir les pauvres et racheter des esclaves. Polyvalent, saint Eloi est le saint patron de divers métiers : agriculteurs, orfèvres, forgerons, maréchals-ferrants… On lui attribue de nombreux miracles dont celui d'avoir remis en place la patte d'un cheval après l'avoir coupée pour mieux en ferrer le sabot.

Saint Honoré

Ce saint du VIe siècle a donné son nom à un savoureux gâteau en pâte à choux fourrée de crème chantilly ! Saint Honoré est le saint patron des pâtissiers et des boulangers. Pourquoi ? Selon la légende, sa nourrice faisait cuire du pain quand il lui annonça son désir de devenir prêtre. Crédule, elle se moqua de lui : « Et quand ma pelle aura des feuilles, tu seras évêque ! » Le miracle eut lieu. Et Saint Honoré fut plus tard évêque d'Amiens. Au XIe siècle, des picards émigrés à Paris lui firent construire une église où, au XVe siècle, s'établit la première confrérie de boulangers. Aujourd'hui, la collégiale Saint-Honoré a disparu au profit d'immeubles où loge le ministère de la Culture, mais une rue et un faubourg portent toujours son nom.

Saint Matthieu

Fonctionnaire, Matthieu tenait le poste de douane à Capharnaüm où il collectait l'impôt. Un jour, le voyant à son poste, Jésus l'a appelé à tout quitter pour le suivre (Marc 2, 14 – Luc 5, 27). Choisi pour faire partie des 12 apôtres, saint Matthieu fut aussi le premier des évangélistes à noter les paroles et les actions de Jésus. Il aurait ensuite évangélisé l'Ethiopie.

Il est le saint patron des banquiers et des agents de douane !

Sainte Rose de Lima

La sainte patronne des fleuristes est la première sainte du Nouveau Monde, canonisée en 1671. Dixième enfant d'une famille espagnole pauvre vivant à Lima (Pérou), Rose de Flores manifeste très tôt un tempérament mystique, attirée par la figure de sainte Catherine de Sienne. Dès l'âge de 5 ans, en 1591, elle se consacre à Dieu ; et à 20 ans, elle prend l'habit des tertiaires dominicaines. Rose passe alors le reste de sa vie en ermite dans une cabane au fond du jardin de ses parents. Sa vie est orientée vers la prière, la pénitence, le service des plus pauvres – Indiens, infirmes, vieillards, enfants abandonnés. Elle meurt à 31 ans en odeur de sainteté.

Saint Yves

Fils d'un chevalier breton, Yves Hélory (1253-1303) étudie la théologie à l'université de Paris puis le droit à Orléans.  Revenu dans sa région natale, il est nommé curé de Trédrez (Côtes-d'Armor) et juge ecclésiastique à Tréguier. Touché par l'idéal franciscain, il partage ses richesses et défend gratuitement les pauvres, cherchant toujours conciliation et justice. Populaire de son vivant – on l'appelle « le prêtre saint », il est canonisé en 1366. Son culte reste très fervent en Bretagne. C'est le saint patron des juristes, magistrats, avocats, avoués et professeurs de droit.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Jour 5 - Devenir saint : un long chemin

Publication #5Initialement publiée le 31 octobre 2017

Jour 4 - Le Saint des Saints

Publication #4Initialement publiée le 30 octobre 2017

Jour 3 - Le Saint-Esprit

Publication #3Initialement publiée le 29 octobre 2017

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader