L'ami de l'époux est tout joyeux d'entendre la voix de l'époux - 8 janv. 2022

L'ami de l'époux est tout joyeux d'entendre la voix de l'époux - 8 janv. 2022

Saint Lucien

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 3, 22-30

En ce temps-là, Jésus se rendit en Judée, ainsi que ses disciples ; il y séjourna avec eux, et il baptisait. Jean, quant à lui, baptisait à Aïnone, près de Salim, où l'eau était abondante. On venait là pour se faire baptiser. En effet, Jean n'avait pas encore été mis en prison. Or, il y eut une discussion entre les disciples de Jean et un Juif au sujet des bains de purification. Ils allèrent trouver Jean et lui dirent : « Rabbi, celui qui était avec toi de l'autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont à lui ! »
Jean répondit : « Un homme ne peut rien s'attribuer, sinon ce qui lui est donné du Ciel. Vous-mêmes pouvez témoigner que j'ai dit : Moi, je ne suis pas le Christ, mais j'ai été envoyé devant lui. Celui à qui l'épouse appartient, c'est l'époux ; quant à l'ami de l'époux, il se tient là, il entend la voix de l'époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite. Lui, il faut qu'il grandisse ; et moi, que je diminue. »


Prière

Après les festivités de Noël, nous avons peut-être besoin de retrouver un peu de calme qui nous permette d'approfondir les paroles et les conseils de notre Sauveur et Rédempteur, venu nous apporter la vraie joie. Demandons-lui de nous laisser trouver le calme dont nous avons besoin pour rester auprès de lui.

Demande

Seigneur, accorde-moi la grâce de venir jusqu'à toi en laissant de côté toutes mes préoccupations et tous mes petits soucis quotidiens. Oui, Seigneur, il faut que tu grandisses en moi et que, moi, je diminue pour te recevoir et te communiquer à ceux qui te cherchent et que tu aimes. Que je sache écouter et servir ceux qui sont autour de moi : ma famille, mes amis, ceux que je côtoie et ceux que je rencontre. Et qu'il me soit donné de les aider comme ils en ont besoin.

Réflexion

  1. La localisation d'Aïnone est encore peut-être mal identifiée mais il pourrait s'agir de l'endroit où se trouvait Jean Baptiste, peut-être à l'embouchure du Jourdain.
    « Jean, quant à lui, baptisait à Aïnone, près de Salim, où l'eau était abondante. »
    La prescription du baptême dans le Jourdain rappelle qu'au temps de Moïse le Jourdain était la limite que le peuple pécheur ne pouvait pas franchir sans être purifié du péché : ce baptême, baptême d'eau, « baptême de conversion » ouvrait la porte jusqu'à Jérusalem mais ne purifiait pas ceux qui le recevaient. Plus loin, l'évangéliste évoque le baptême de Jésus mais aussi de Jean le Baptiste : « À vrai dire, ce n'était pas Jésus en personne qui baptisait, mais ses disciples. » (Jn 4, 2)
    Là, on voit que ces deux baptêmes sont différents : le baptême de Jean était une démarche de conversion du pécheur alors que celui de Jésus était un baptême dans l'Esprit, don de Dieu, ouvrant la porte du Royaume. « Rabbi, celui qui était avec toi de l'autre côté du Jourdain (…) le voilà qui baptise, et tous vont à lui ! » Donc, la confusion reste sans solution définitive : les rares précisions ne viendront peut-être qu'un peu plus tard.
  2. « Un homme ne peut rien s'attribuer, sinon ce qui lui est donné du Ciel. »
    Les commentateurs de l'Évangile ne sont pas très nets non plus sur ce passage mais, si les opinions divergent, y compris parmi les Pères de l'Église, il semble normal de penser que Jésus ne baptisait pas là mais qu'il laissait cette activité à ses disciples dont l'acte baptismal n'était pas sacramentel. Mais Jean ne revendique absolument pas la mission de salut qui n'est pas la sienne.
  3. « Jean répondit : Moi, je ne suis pas le Christ, mais j'ai été envoyé devant lui. »
    Jean confirme ne pas être le Christ, il n'est que son ami, il ne peut rien s'attribuer à lui-même. Lui, se tient là, disponible pour écouter, pour aider, pour renseigner et conduire sur le bon chemin. Et il ajoute cette phrase dont l'humilité restera toujours dans le cœur de ceux qui l'entendent : « Lui, il faut qu'il grandisse ; et moi, que je diminue. » Le disciple n'est pas le Maître et il ne prendra jamais ni sa place ni son rôle. Jean le Baptiste a reçu la mission d'annoncer le Rédempteur mais il n'a pas été appelé à le remplacer. À chacun son rôle et à chacun sa mission. Jean mourra décapité pour avoir témoigné et parce qu'il a déplu à Pilate. Il est là depuis le début pour annoncer le Christ, le Fils de Dieu.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, merci de nous rappeler cette humilité de ton cousin, Jean le Baptiste : « Un homme ne peut rien s'attribuer. » Il confirme sans aucune ombre que le baptême qu'il donne ne purifie pas : sa mission est d'annoncer et non de se mettre à la place du Sauveur. Lui n'a pas la mission purificatrice que possède le Fils de Dieu.

Résolution

Seigneur, merci de tout ce que tu me donnes, merci de me permettre de témoigner de toi là où je me trouve. Il est tellement évident que mes capacités sont uniquement celles du serviteur et n'ont rien à voir avec celles du Maître. Je te remercie de ce que tu me demandes et je te demande pardon pour ma pauvreté et mon insignifiance que tu connais encore bien mieux que moi.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Contacter l'auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l'Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Méditation sur l'Évangile du jour