Un Dieu qui s'est fait chair pour notre âme et notre corps - 4 janvier 2022

Un Dieu qui s'est fait chair pour notre âme et notre corps - 4 janvier 2022

Sainte Angèle de Foligno

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Marc 6, 34-44


En ce temps-là, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement. Déjà l'heure était avancée ; s'étant approchés de lui, ses disciples disaient : « L'endroit est désert et déjà l'heure est tardive. Renvoie-les : qu'ils aillent dans les campagnes et les villages des environs s'acheter de quoi manger. » Il leur répondit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répliquent : « Irons-nous dépenser le salaire de deux cents journées pour acheter des pains et leur donner à manger ? » Jésus leur demande : « Combien de pains avez-vous ? Allez voir. » S'étant informés, ils lui disent : « Cinq, et deux poissons. »
Il leur ordonna de les faire tous asseoir par groupes sur l'herbe verte. Ils se disposèrent par carrés de cent et de cinquante. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction et rompit les pains ; il les donnait aux disciples pour qu'ils les distribuent à la foule. Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. Et l'on ramassa les morceaux de pain qui restaient, de quoi remplir douze paniers, ainsi que les restes des poissons. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes.

Prière

Seigneur, m'adresser à toi est toujours un grand mystère. Tu es l'infiniment grand et pourtant tu es capable de t'abaisser pour écouter une petite créature comme moi. Par ta naissance ici-bas, tu nous montres la manière dont tu veux te mettre à notre niveau pour pouvoir nous élever jusqu'à toi.

Demande

Me rendre compte de ma vraie valeur aux yeux de Dieu.

Réflexion

  1. On pourrait penser que cet Évangile est tout ce qu'il y a de plus simple. C'est probablement l'un des passages les plus classiques du Nouveau Testament. La foule a faim, Jésus accomplit un miracle et tout le monde est rassasié : merci, bonsoir !  
    En effet une lecture assez simpliste des évènements permet de considérer cet Évangile sans en faire toute une histoire. C'est peut-être le grand problème de cet Évangile, il est tellement classique et simple que nous ne prenons pas le temps de vraiment nous rendre compte de ce qui se passe. Pour parvenir à cela, peut-être qu'une formule un peu provocante nous permettra de remettre en perspective ce passage. Dans cet Évangile, Dieu tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, celui qui est depuis toute éternité est en train de partager un pique-nique avec ses créatures.
     
  2. Il est important de nous rendre compte que ce n'est pas quelque chose d'évident. Le Christ est là, tout simplement installé au milieu de ces différents groupes en train de partager un repas au beau milieu de la nature. Est-ce là vraiment l'image que nous avons de Dieu ? Au cours des siècles, l'homme a toujours cherché des représentations de Dieu. Entre les Zeus, Osiris et toutes les puissances de la nature, voilà un charpentier trentenaire qui s'abaisse jusqu'à moi pour me révéler que s'assurer que je me nourris bien à midi est l'une de ses préoccupations. Jésus a longuement enseigné cette foule, il lui a déjà donné un magnifique don. Voilà comment nous voyons Dieu, un être débordant de la sagesse infinie qui vient nous révéler toutes les réponses à nos questions existentielles. Alors oui, Dieu peut faire cela mais il est avant tout venu nous révéler l'amour infini de son Cœur de Père.
  3. Le Christ s'intéresse à tous les détails de notre vie. À Noël, nous avons contemplé la façon dont il vient se faire petit enfant pour se rapprocher de nous. Il connaît déjà toutes nos misères et nos angoisses mais il veut que nous sachions qu'il est là, proche de nous, qu'il nous comprend parfaitement. Il est le Dieu si grand qui a su se faire tout petit afin que chacun de nos actes – même le plus modeste – puisse avoir une valeur pour l'éternité.     

Dialogue avec le Christ

Seigneur, viens changer mon cœur. Que jamais je ne me sente prétentieux en pensant que tu m'écoutes, me connais et me regardes. Quelle chance et quel privilège d'avoir un Dieu si attentif et si proche ! Même lorsque tu me sembles loin, tu es là dans mon cœur. Ouvre mes yeux pour pouvoir te voir.   

Résolution

Raconter les détails de ma journée au Seigneur en étant convaincu que même s'il les connaît déjà, il aime simplement m'entendre lui parler.  

Frère Jérôme Dejoie, LC
Contacter l'auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l'Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Méditation sur l'Évangile du jour