Jour 8 - Symboliser, observer, cogiter…

Jour 8 - Symboliser, observer, cogiter…

Marie symbolisait ces choses...

Cette réalité, ces mystères présents plongent certes Marie dans la contemplation. Mais il est un autre terme à retenir : « Marie observait et symbolisait ces choses dans son cœur » Symbaloussa signifie mettre ensemble. La symbolisation est une des formes de la cogitation.

La figure de Dieu est insondable : Il ne se livre pas en un seul regard. L'infini simplicité de Dieu se reflète dans la multitude de symboles, d'événements. Il faut pouvoir les tenir ensemble pour avoir une idée juste de Dieu.

Ainsi, les deux épisodes du temple doivent être tenus ensemble : la prophétie de Syméon - un glaive te transpercera l'âme - et l'attente et la recherche angoissées du Seigneur dans la caravane – suivie de la réponse déroutante de Jésus. Ce glaive sera justement cette absence de trois jours. C'est de cette façon que Marie comprend qu'on ne peut saisir Dieu.

Pour nous, symboliser est aussi un besoin : nous ne pensons pas à regarder ensemble les différents événements de notre vie. Nous les isolons, les fragmentons et cela nous éloigne de la sagesse divine. Ainsi quand nous sommes blessés, nous ne retenons qu'un événement partiel, et de là, nous concluons que telle personne est pénible, caractérielle, infernale, et tendons à exploser à la manière d'un feu d'artifice…

Or, symboliser, c'est justement tenir ensemble - le plus souvent possible - les différents aspects d'une personnalité. C'est le bon recul, non qui s'éloigne pour avoir la paix, mais qui fait un pas en arrière, pour avoir une vue plus juste.

En allant un peu plus loin, on pourrait dire que c'est tenir ensemble le passé et le présent, mais aussi l'avenir : nous nous arrêtons à symboliser le présent, le passé, et de là nous tirons des conclusions parfois négatives : « de toutes façons, les choses sont comme ça et rien ne pourra changer ! ». N'oublions pas de prendre en compte la capacité de changement, l'avenir possible, ce que l'autre peut être amené à développer.

Aimer en vérité, c'est toujours aussi ouvrir un avenir. Il semble que Marie ait en quelque sorte donné cette ouverture au Seigneur : Elle lui a dit ses incompréhensions, Elle a accepté d'être remise à sa place, tout en s'ouvrant à un avenir :

« Femme mon heure n'est pas encore venue ! » - « Tout ce qu'il vous dira faites-le »

Il en va de même du jugement que nous portons sur nous-mêmes. Il nous est bon de faire notre examen de conscience et de regarder nos manquements, notre péché, ce qui va mal, mais n'oublions pas que nous avons aussi la capacité de nous convertir.

C'est au moment de la Croix que Marie a symbolisé le passé, le présent et le futur en les articulant ensemble : Elle a tenu ensemble l'événement de la passion et les prophéties rappelées par le sauveur lui-même : « Le troisième jour, Il ressuscitera ».

Prions

« Nous vous choisissons aujourd'hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste pour notre mère et notre reine. Nous vous livrons et consacrons en toute soumission et amour nos corps, nos âmes, nos biens intérieurs et extérieurs et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de nous et de tout ce qui nous appartient – sans exception - selon votre bon plaisir, et à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité ! Amen !  »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

27 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Un mois pour vivre plus intensément avec Marie !