Jour 5 - Magnificat : La louange fait advenir le Royaume !

Jour 5 - Magnificat : La louange fait advenir le Royaume !

Le prière du Magnificat 

Le royaume de Dieu est au milieu de vous, convertissez-vous.

La première conversion n'est pas d'ordre moral. Il faut d'abord comprendre la phrase le plus simplement du monde : « tournez vous vers lui, vers ce royaume ! ».

Il y a là un paysage extraordinaire, et on regarde toujours le tombeau, vers l'obscurité, ou bien on se préoccupe tellement d'être digne du royaume, d'avoir la robe nuptiale qui n'ait pas trop de trous, qu'on en oublie Celui qui nous a invité. Il y a un vrai repos de revenir à ces fondamentaux de la foi : « Dieu est, cela suffit ». Christ est vainqueur !

Finkielkraut essayiste et animateur radio français, donnant une interview, désespérait du monde. On à tous à chaque époque des raisons de se laisser gagner par la morosité : Marie au cœur de l'occupation romaine, avec un roi collaborateur et sanguinaire - ceux qui dirigent le pays n'étant guère meilleurs - cela ne la fait pas céder au désespoir : tout cela est second ! le premier, le fond, c'est l'invisible.

On a beaucoup insisté sur les rapprochements du Magnificat avec d'autres cantiques de l'Ancien Testament, comme le montrent les 17 références bibliques en marge de la Bible de Jérusalem ; mais on ne remarque pas toujours une chose essentielle : par rapport aux autres textes, une donnée change radicalement. Ce sont les temps verbaux : là où l'on avait des futurs, il y a le présent : ce sont des présents de l'accompli.

Mais, on peut se demander comment ceci est rendu présent : c'est par la louange ! La louange est justement ce qui rend présent, palpable et sous nos yeux, l'événement du salut. Elle est la réponse, la seule réponse juste à l'événement du salut. Dieu est là, chantons !

La simple description, l'affirmation ne suffit pas, c'est l'action de grâce qu'il faut atteindre. L'attitude de louange nous aide à rendre Dieu présent, à nous apercevoir de sa présence, de son action.

« Toi qui habites les louanges d'Israël » dit un psaume.

Cette louange intérieure donne à Dieu d'habiter notre cœur, notre monde. Elle est essentielle. On comprend pourquoi Dieu est le plus présent, là où on lui rend le plus grâce. C'est ce qu'il se passe au cours du mystère l'eucharistie. Autrement dit, la louange agrandit Dieu :

[dans son Magnificat] l'âme sacrée de Marie magnifiait et agrandissait perpétuellement Dieu. TAD SFDS, Pléiade, p 585.

Il est beau de faire attention au terme : magnifier Dieu. Dire Magnificat, c'est rendre grand ! Cette joie est contagieuse. C'est en cela que la louange est pour nous un rempart :

La joie du Seigneur est notre rempart, la louange est notre rempart.

Nous sommes trop souvent intellectualiste, rejetant souvent la louange comme une naïveté, une méthode Coué spiritualisée. Par la louange, nous faisons croître Dieu en nous !

Il faut pouvoir louer Dieu en toute chose : dans le bonheur, mais aussi dans le malheur, d'une certaine façon. Mais pas n'importe comment : de cette louange qui affirme que les contradictions, les difficultés, ne sont pas l'ultime, le fond. Comme Saint Maximilien Kolbe chantait les louanges de Dieu dans le train vers Auschwitz, ou bien dans son bunker de la faim.

Prions

« Nous vous choisissons aujourd'hui, ô Marie, en présence de toute la cour céleste pour notre mère et notre reine. Nous vous livrons et consacrons en toute soumission et amour nos corps, nos âmes, nos biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de nous et de tout ce qui nous appartient – sans exception - selon votre bon plaisir, et à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité ! Amen ! »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

30 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Un mois pour vivre plus intensément avec Marie !