Jour 4 : Silence, dernière place : de la Trappe à Nazareth et à Tamanrasset

Jour 4 : Silence, dernière place : de la Trappe à Nazareth et à Tamanrasset

Intérieur de l'ermitage de Charles de Foucauld.

Je vous salue, Marie, pleine de grâce...

J'invoque le secours de l'Esprit Saint et je scrute ta Parole, Seigneur :

Ce qui demeure aujourd'hui, c'est la foi, l'espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c'est la charité.

Première Lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (13,1-13)

J'aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, s'il me manque l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

J'aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j'aurais beau avoir toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien. J'aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j'aurais beau me faire brûler vif, s'il me manque l'amour, cela ne me sert à rien.

L'amour prend patience ; l'amour rend service ; l'amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ; il ne fait rien d'inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'emporte pas ; il n'entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

L'amour ne passera jamais. (...) Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j'ai été connu.

Ce qui demeure aujourd'hui, c'est la foi, l'espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c'est la charité.

Voir le texte complet (AELF)


J'écoute Charles de Foucauld :

« Jésus a tellement pris la dernière place que jamais personne n'a pu la lui ravir »

Cette phrase de l'abbé Huvelin dans un sermon a profondément marqué Charles de Foucauld ; voulant imiter Jésus en toute chose, il cherche la pauvreté, la dernière place, et ceux qui sont délaissés.

Je suis fixé à Nazareth... Le Bon Dieu m'a fait trouver ici, aussi parfaitement que possible ce que je cherchais : pauvreté, solitude, abjection, travail bien humble, obscurité complète, l'imitation, aussi parfaite que cela se peut, de ce que fut la vie de Notre Seigneur Jésus dans ce même Nazareth... J'ai embrassé ici l'existence humble et obscure de Dieu, ouvrier de Nazareth. (12 avril 1897, à Louis de Foucauld)

Le prêtre imite plus parfaitement Notre Seigneur, souverain prêtre, qui chaque jour s'offrait. Je dois mettre l'humilité où Notre Seigneur l'a mise, la pratiquer comme Il l'a pratiquée, et pour cela la pratiquer dans le sacerdoce, à son exemple. (26 avril 1900)

Mais surtout faire le plus de bien qu'on puisse faire actuellement aux populations musulmanes si nombreuses et si délaissées, en apportant au milieu d'elles Jésus dans le Très Saint Sacrement, comme la Très Sainte Vierge sanctifia Jean-Baptiste en apportant auprès de lui Jésus. (9 septembre 1901, à sa cousine Mme de Bondy)

Vous demandez si je suis prêt à aller ailleurs qu'à Béni-Abbès pour l'extension du saint Evangile ? Je suis prêt pour cela à aller au bout du monde et à vivre jusqu'au Jugement dernier. (27 février 1903,  lettre à Mgr Guérin)

                                                           

L'action concrète du jour :

  • Niveau débutant : À l'exemple de Charles de Foucauld qui a vécu en "frère universel", porteur de Jésus pour chacun, j'entame une discussion avec une personne musulmane que je côtoie et lui propose une phrase de l'évangile que j'affectionne particulièrement.
  • Niveau intermédiaire : Je me procure des images pieuses ou des médailles miraculeuses ( كنيسةُ سيّدةِ الأيقونةِ العجائبيَّة ) et j'en propose à une personne musulmane que je côtoie ou connais. Je prévois d'en avoir quelques unes sur moi à offrir dans l'avenir. 
  • Niveau avancé : Je me procure des petits évangiles et j'en offre un à une personne musulmane que je côtoie ou connais. Je prévois d'en avoir un ou deux exemplaires sur moi à offrir dans l'avenir. 

Pour aller plus loin :

Saint-cyrien et officier de cavalerie, le cheminement de Charles de Foucauld le conduit à rechercher la plus pauvre des Trappes (Cheikhlé, près d'Akbès, 1890), puis à se faire domestique des Clarisses à Nazareth (1897), pour finalement s'établir à Béni-Abbès et Tamanrasset, en Algérie.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

15 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Prier Charles de Foucauld pour la conversion des musulmans