LA COMMUNION EUCHARISTIQUE - Hozana

LA COMMUNION EUCHARISTIQUE

LA COMMUNION EUCHARISTIQUE

76257-la-communion-eucharistique

76258-la-communion-eucharistique

La communion eucharistique est ce moment très fort où nous ne formons plus qu’un avec le Seigneur, aucune image ne peut rendre cette unité. Jésus parle de nourriture, mais ce n’est pas nous qui l‘assimilons, c’est lui qui nous assimile. En considération de la grandeur de ce mystère, nous n’entrerons pas ici dans de petites polémiques inutiles sur la manière de communier. Tout ce que l’Église permet est légitime, on peut avoir ses préférences, mais pour moi, ce serait un comble que le sacrement de l’unité soit facteur de division.

 

LA COMMUNION À L’EUCHARISTIE EST « LE CENTRE ET LE SOMMET DE LA VIE CHRÉTIENNE (Vatican II)

« La communion sacramentelle en elle-même est vectrice de toutes les grâces, puisque ce sacrement est l’unique sacrement non seulement qui communique la grâce, mais qui contient l’auteur de la grâce » (saint Thomas d’Aquin). Tous les autres sacrements ne font que communiquer la grâce, ils sont des vecteurs, des transmetteurs de la grâce. L’eau du baptême avec les paroles du baptême, la sainte huile et les paroles prononcées pour la confirmation ; mais dans le Saint Sacrement, c’est et la grâce et l’auteur de la grâce qui sont là, Jésus est réellement présent. Ce qui fait de l’Eucharistie le sacrement par excellence. C’est le sacrement source de tous les autres sacrements.

 

« En vérité, en vérité, si vous ne mangez pas mon corps et ne buvez pas mon sang, vous n’aurez pas la vie en vous » (Jean 6,53)

 

Les Pères de l’Église disaient que c’est une revanche sur le péché originel car, de cet arbre magnifique au jardin d’Éden, où le fruit semblait beau à voir et bon à manger, nos pré-parents ont goûté la mort en mettant la main dessus. Et puis, de l’horrible arbre mort qu’est la croix, avec dessus un fruit qui n’a ni beauté ni éclat - le Christ -, quand on le reçoit à l’hostie, on reçoit la vie. C’est l’inverse de la logique de l’Éden. La vraie logique est que, de la mort de la Croix jaillit un fruit qui n’a ni beauté ni éclat et qui, quand on le reçoit en disant « amen », est le corps du Christ ; je reçois la vie et lui me transforme et me transfigure.

 

Il est très difficile de décrire l’union qui s’opère entre le Christ et nous à l’heure de la communion

 

Au moment où nous recevons en nous la présence réelle, Jésus n’est pas un contenu dans un contenant : nous sommes en lui au moins autant qu’il est en nous (Jn 6,56). Nous n’avons pas à l’imaginer transitant dans notre tube digestif, surtout que, les espèces étant rapidement dissoutes, la présence réelle disparaît assez vite. L’union qui s’opère est beaucoup durable et mystérieuse. Elle s’apparente certes à la nourriture, puisque Jésus nous dit : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour, car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage » (Jn 6, 54-55). Mais, à la différence d’une nourriture ordinaire, elle n’est pas assimilée par nous, c’est elle qui nous assimile.

 

On ne peut pas s’empêcher de penser à l’union nuptiale qui se réalise dans un rapprochement où l’homme et la femme se donnent complètement l’un à l’autre

 

Saint Paul y fait sans doute allusion quand il considère que la fornication est en contradiction avec la communion au Corps du Christ, le chrétien formant avec lui un seul esprit - et un seul corps (1 Co 6, 16-17). Mais, là encore, l’image est insuffisante, car les époux restent malgré tout extérieurs l’un à l’autre.

 

LA COMMUNION NOUS FAIT PARTICIPER À LA VIE DE L’ESPRIT, C’EST LE SEIGNEUR SAINT-ESPRIT QUI VIENT HABITER EN NOUS AU MOMENT OÙ NOUS RECEVONS LE CHRIST EN NOUS

 

C’est lui qui réalise l’unité maximale entre Jésus et nous, mais aussi avec tous nos frères chrétiens qui communient au même Corps. C’est lui qui construit ainsi l’Église. Dans les Églises orientales, on chante au moment de la communion : « nous avons reçu le Saint-Esprit ». C’est une grande lumière pour nous, qui nous amène à ouvrir plus large notre cœur et voir la communion comme l’entrée dans une nouvelle manière de vivre.

 

Les prêtres qui sont témoins des merveilles qui se passent dans le cœur des enfants au moment de leur première communion auraient beaucoup à raconter

 

Mais il n’y a pas que les enfants. L’Eucharistie fait des merveilles dans le cœur et même dans le corps des hommes. Il y a trois ans, j’ai connu un homme qui avait eu un grave cancer de l’œsophage ; il ne pouvait plus du tout déglutir, pas même une goutte d’eau, il fallait humecter le palais et la langue avec un coton-tige et il était sous perfusion pour la nourriture. C’était très lourd, il faisait encore des rayons, tout était grillé dans son corps. Un jour, il arrive à l’hôpital pour les rayons et dit à sa femme qu’il n’en pouvait vraiment plus. Elle lui proposa de l’emmener à la chapelle de l’hôpital pour confier tout cela à Jésus ; une messe y était célébrée. Au moment de l’Eucharistie, pris par le désir de communier, il avance communier, prend le Corps du Christ et l’avale. Il était incapable d’avaler une goutte d’eau. Tout à coup, il s’en rend compte et sa femme le regarde. Après, il est allé communier chaque jour, et cela continue encore aujourd’hui. Une goutte d’eau le fait hurler, une miette de pain est une torture, mais le corps du Christ descend en lui. C’est un miracle, ce n’est pas possible autrement. Les médecins n’y ont pas cru, ils lui ont dit qu’il mentait ; l’un d’eux est allé voir pour constater et a conclu que c’était vraiment un miracle. Scientifiquement, cela ne s’explique pas. Ce mystère des espèces reste un grand mystère. Il faut se dire que c’est Jésus qui est là et il faut adorer.

 

On pourrait finir par la belle histoire d’Imelda Lambertini …

 

Cette toute jeune novice dominicaine qui s’était battue pour faire sa première communion à onze ans (on ne la recevait à cette époque qu’après quatorze ans) ; et elle disait : « Je ne puis imaginer que, quand on a reçu le Corps du Christ, on ne meure pas après de joie ; on a reçu le ciel, Dieu est là, c’est inimaginable ». Après qu’elle eut enfin reçu la communion (de façon d’ailleurs assez miraculeuse), elle resta à genoux, prosternée pendant plus d’une heure. Quand les sœurs vinrent la chercher, elles la trouvèrent toujours dans la même position mais morte, partie vers le Seigneur.

  76259-la-communion-eucharistique

Dans le Coeur de Jésus

Merci à mon ami Nicolas !

76260-la-communion-eucharistique

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

25 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Jacqueline
Jacqueline place Ville de Québec, il y a 23 jours
MERCI! J-M de ces beaux témoignages dans vôtre écrit qui me fait réalisé combien est immense L'AMOUR MISERICORDIEUX de NÔTRE DOUX SAUVEUR particulièrement lors de nôtre UNION SACRAMENTELLE & SPIRITUEL avec LUI au REPAS EUCHARISTIQUE qu'il institua pour ÊTRE en ns; avec ns; & parmi ns. afin que son RÈGNE dû - REPAS DE LA NOCE- en prévision dû ROYAUME DE NÔTRE DIEU TRINITAIRE dans le ⌛ L'ÉTERNITÉAmen!Alléluia!G.P.F.S-E!!!✌!👼🙏💒
Marie-Colombe
Marie-Colombe place Mauvezin, il y a 23 jours
Seigneur je T'adore et je T'aime !!!!!!! https://www.youtube.com/watch?v=UYlS7h-OojM
Stella
Stella  il y a 23 jours
Amen !
Marie-Colombe
Marie-Colombe place Mauvezin, il y a 23 jours
A la veille de mourir j'instituerai la sainte Eucharistie, vous apprenant combien je vous aime et combien vous devez vous aimer les uns les autres, puisque je vous aime tant, puisque je me donne tout entier à chacun de vous et que je veux vivre et être toujours en chacun de vous. Ô mon Dieu, quelles immensités d'amour ! Quels horizons infinis ! Que l'être aimé se donne à celui qui l'aime, quelle douceur, quel bonheur ! Non, mon Dieu, je ne puis rien dire, je ne puis qu'adorer, me prosterner, me taire, me confondre, défaillir dans une gratitude anéantie ... Mon Dieu, que Vous nous aimez ! Puisque Vous êtes toujours avec nous dans la sainte Eucharistie, soyons toujours avec Elle. La sainte Eucharistie, c'est Jésus, c'est tout Jésus ! Dans la sainte Eucharistie, Vous êtes tout entier, tout vivant, mon bien-aimé Jésus, aussi pleinement que Vous étiez dans la maison de la sainte Famille à Nazareth, dans la maison de Magdeleine à Béthanie, que Vous étiez au milieu des apôtres. De même, Vous êtes ici, mon Bien-Aimé et mon Tout. Recevons Jésus notre vie, le plus souvent qu'il dépendra de nous, recevons notre Bien-Aimé en préparant le mieux possible notre âme à Sa visite ; recevons-le en lui faisant le meilleur accueil possible, comme on reçoit le Bien-Aimé non seulement venant à nous, mais venant en nous, et se donnant, se livrant, s'abandonnant pour être totalement possédé par nous. « Si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, vous n'aurez pas la vie en vous » (Jn 6,53). Que Vous êtes bon, mon Dieu, de nous faire un précepte si sévère de la chose du monde qui nous est la plus douce ! Que Vous êtes bon, en instituant la sainte Eucharistie et en nous ordonnant si fortement de La recevoir et de La recevoir souvent, de prendre un moyen si fort pour nous unir à Vous par l'amour, pour nous établir dans Votre amour. Ô mon Jésus, comment n'aimerions-nous pas Dieu, quand Vous l'aimez Vous-même en nous si souvent ? Comment n'aimerions-nous pas Dieu, quand la Source de toute perfection et de tout amour s'unit à nous si étroitement ? Mon Dieu, je Vous adore en moi où Vous êtes. Vous êtes en moi, mon Bien-Aimé, que me faut-il de plus ? Vous êtes en moi, rien ne peut me séparer de Vous, ni la terre, ni les hommes, ni les anges, ni les principautés, ni rien de ce qui est sur la terre ni sous la terre. Vous êtes en moi, toujours, toujours je Vous ai dans mon âme, toujours, toujours je puis Vous adorer, Vous tenir compagnie, Vous parler... Que je suis heureux ! Que m'importe tout le reste ? Vous êtes en moi, mon Bien-Aimé, rien ne peut me priver de Vous, que me faut-il de plus ? Rien, mon Dieu, que de profiter de mon bonheur ! Faites, ô Jésus, que je le fasse ! (Textes extraits des sermons, homélies, lettres et écrits de Charles de Foucauld) Pour Petit Frère Charles de JESUS ( de Foucauld) l'acte de la Communion est le baiser de l'Epoux à son épouse !!!!!
Elymisabeth
Elymisabeth  il y a 23 jours
Père opère tes miracles pour moi afin que la croix rouge m'appelle pour un entre tient pour commencé le cours
Stella
Stella  il y a 23 jours
En union de prière
Marie-guy
Marie-guy place Orbigny, il y a 23 jours
Notre Seigneur opére sans cesse des miracles rendons grâce à chaque instant ,Jésus nous t Adorons dans ta Sainte communion Amen Alleluia 🙏
Jacqueline
Jacqueline place Ville de Québec, il y a 23 jours
En union de prières Amen!Alléluia!G.P.F.S-E!!!✌!🌠🙏💒
Sabrina
Sabrina  il y a 23 jours
Amen, Je te rends grâce pour tout tes bienfaits Seigneur dans ton Eucharistie. Amen
Elymisabeth
Elymisabeth  il y a 23 jours
Amen
Paulette
Paulette place Tourcoing, il y a 23 jours
Amen !
Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies