Amour, Unité et Adoration dans l'Église du Christ Jésus

Amour, Unité et Adoration dans l'Église du Christ Jésus

La notion d'Église a bien des aspects différents. Elle évoque une institution religieuse, une fraternité rassemblée pour prier, une paroisse, des croyants qui prennent position sur les problèmes de notre temps, un lieu de pèlerinage, etc.

Le terme Eglise, d'origine grecque, « ekklesia », qui signifie « un appel à sortir, ou l'assemblée de ceux qui sont appelés à sortir » ; désigne l'assemblée du peuple convoqué. Ainsi, dans le contexte du christianisme, l'Église est la communauté convoquée au nom du Christ. L'église, l'ekklesia, est l'assemblée de toutes les personnes qui ont été appelées par Dieu à sortir du monde. L'église n'est donc pas un édifice physique, c'est un groupe de personnes.

Pour mieux comprendre, il nous faut lire les Saintes Ecritures. Il faut noter que la première fois que le mot « Eglise » est mentionné dans la Bible, c'est dans (Matthieu 16 : 13-18). Dans ce passage, Jésus mène ses disciples hors de Jérusalem : « …étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme ? Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle ».

On note aussi le don du Saint Esprit aux Apôtres qui fait d'eux des témoins du Christ ressuscité à la Pentecôte ; comme Jésus l'a promis, Dieu fait don de l'Esprit Saint aux apôtres. Ils se remémorent les paroles de Jésus. « Allez donc : de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à garder tout ce que je vous ai enseigné. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps » (Matthieu 28 : 19-20).

Ainsi la pentecôte est véritablement l'origine de l'Église. Dans ce contexte, il n'est plus question ici des frontières d'Israël. Le livre des Actes des Apôtres nous rapporte que des gens de différentes nations étaient rassemblés à Jérusalem pour la Pentecôte (fête juive de commémoration de l'Alliance). Ils disaient : « Tous, nous entendons les apôtres publier dans notre langue les merveilles de Dieu ». (Actes 2 : 11)

« Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux. » (Matthieu 18 : 19-20).

Rapidement, autour du bassin méditerranéen, l'Église prend la forme de petites communautés. C'est à Antioche en Syrie que, vers l'an 43, que les disciples du Christ reçoivent le nom de « Chrétiens » (mot grec, provenant de Christ). Son originalité au milieu des nations, l'Église la laisse percevoir tout au long de son histoire. Cette Église, voulue par le Christ, est fondée sur les douze apôtres, c'est pourquoi on la dit apostolique.

En tant que peuple de Dieu, peuple de la Nouvelle Alliance en Jésus Christ, c'est la force de l'Esprit de Dieu qui est aux sources de l'histoire passée, présente et à venir de l'Église. En cela, elle est, à l'image du Royaume, une communion qui est l'œuvre de l'Esprit en ses membres, le corps du Christ ; les Chrétiens nés de nouveau par la foi dans le Fils de Dieu. Par la présence en elle du Christ ressuscité, elle est sainte. Mais l'elle reste, malgré tout, par ses membres une réalité humaine et fragile, marquée par la faiblesse et les déviations qui peuvent affecter les croyants.

« À ceci tous reconnaîtront que vous êtes Mes Disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres » (Jean 13 :35). Nous devons apprendre à nous aimer mutuellement, à nous supporter, à nous pardonner. « Alors Pierre s'approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu'à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois ». (Matthieu 18 : 21-22). Ce n'est pas nous qui pouvons transformer l'autre, mais c'est Dieu qui peut le faire. L'amour est la clé de la transformation.

« Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient parfaitement un et que le monde connaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. Père, je veux que là où je suis, ceux que tu m'as donnés soient aussi avec moi, afin qu'ils voient ma gloire, la gloire que tu m'as donnée, parce que tu m'as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t'a point connu ; mais moi je t'ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux, et que je sois en eux ». (Jean 17 : 22-26).

Dans l'évangile de Jean, Jésus a partagé la Sainte Cène, le saint repas. Et c'est dans cet esprit de communion profonde, d'union profonde, dans cette notion d'alliance que la prière de Jean 17 trouve ses fondations les plus profondes et ses racines les plus réelles. Jésus a rompu le pain et partagé le vin dans cette pensée profonde : « Qu'ils soient un comme nous, nous sommes un ». La finalité de cette unité, c'est de manifester la gloire du Père.

Le Seigneur souhaite que l'unité règne parmi ses disciples. « Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, gardes-en ton nom ceux que tu m'as donnés, afin qu'ils soient un comme nous ». (Jean 17 :11)

« À l'église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés en Christ Jésus, les saints appelés. » (1 Corinthiens 1 :2). Dans ce verset, Paul adressa sa lettre « à l'église de Dieu » et, en apposition, « à ceux qui ont été sanctifiés en Christ Jésus, les saints appelés. » Les expressions « à l'église de Dieu » et « à ceux qui ont été sanctifiés en Christ Jésus » sont synonymes. Cela indique fortement que l'église est une composition de saints, et que les saints en sont les éléments constitutifs.

Dieu veut que nous soyons un et saints. C'est la mission de l'Église dans le monde et pour tous ceux qui sont dans le monde. La mission que Dieu a laissée à l'Église, c'est d'être un. La Trinité, Père, Fils, Saint-Esprit, l'Église doit la manifester sur la terre. L'unité est plus forte que l'union. On peut se trouver dans une union sans forcément vivre l'unité. Dieu en nous, en chacun, est bien plus fort que tout ce qui voudrait s'opposer à cette unité.

Et Jésus dit : « Afin que le monde croie ». De nos jours, qu'est-ce que le monde voit en regardant les Eglises ? Le monde voit des divisions d'églises et des divisions dans les églises. Et alors que le monde ne voie que la division dans le Corps de Christ, le peuple de Dieu doit être un, saint et crédible pour le monde. L'Eglise divisée est une négation de la nature du Christ. Nous devons absolument dans nos pensées, dans paroles, dans nos cœurs, dans nos actions, détruire tous les mensonges et toutes les forteresses que le Diable a pu construire depuis des années. Jésus n'a pas prié pour que nous soyons unis dans le ciel mais sur la terre. L'unité est spirituelle, indivisible ; elle est invisible mais réelle pour que le monde voie. L'Eglise doit être un seul Corps, la somme de tous les chrétiens.

Les Saintes Ecritures ne parlent pas de la diversité des églises. La Bible parle de la diversité des dons, de la diversité des opérations de Dieu, de la diversité de charismes. La Bible dit qu'il y a une seule Eglise. Les dénominations ne sont pas les résultats d'une croissance du Corps de Christ, mais d'une excroissance du Corps de Christ. Parce qu'Israël avait douze tribus mais était un seul peuple. Le monde évangélique compte environ vingt-quatre mille tribus..., moi, je suis de Paul, moi, je suis d'Apollos, moi, je suis baptiste, moi, je suis pentecôtiste..., Israël avait douze tribus et était un. Les dénominations ne sont pas issues du Saint-Esprit. Et toutes les excuses que l'on peut donner pour garantir ces choses-là sont fausses et contre la Parole de Dieu. Il n'y a qu'un seul peuple parce que nous avons été baptisés dans un seul Esprit.

Est-ce que l'Unité prônée par Jésus est une utopie ? Pourtant le Père est Amour ; Il est Saint. Le Père en nous par le Saint-Esprit est une réalité. Le Saint-Esprit veut descendre pour communiquer cela à l'Eglise parce que nous sommes un. Quels sont les plus grands obstacles à ces réalités ? Est-ce les dénominations ? Les doctrines ? Les divergences de point de vue ? Non. Le véritable problème, c'est nous. Ce ne sont pas les autres. Quelqu'un a dit comme çà que la division dans l'Eglise, la division des chrétiens et l'incapacité des chrétiens de vivre entre eux, montrent leur médiocrité. On ne veut pas attaquer les dénominations comme certains le font, parce que ceux qui agissent ainsi, en construisent une nouvelle. Ce qui compte, c'est que chaque frère ou sœur d'ailleurs, est mon frère ou ma sœur parce qu'il aime le Seigneur ! Tous ceux qui aiment le Seigneur sont mes frères.

Nous sommes tous différents. Toutes les forteresses du passé, toutes les structures mentales, toute l'éducation, toutes les craintes, les absences de mémoire, toutes ces choses sont voulues par le Diable pour nous diviser. Qu'est-ce qui permet de régler tous nos problèmes ? Le pardon ; cet amour qui excuse tout, qui surmonte tout. C'est le plan de Dieu pour nos vies. 

Enfin, les vrais adorateurs sont donc ceux qui ont compris l'importance vitale de la communion et poursuivent sans cesse à devenir un avec le Seigneur. Ils ont compris que les désirs et délices de Dieu doivent devenir leur passion et leur priorité. 

« Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent en esprit et en vérité ». (Jean 4 : 23-24)

« Faites-en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints ». (Ephésiens 6 : 18)

On comprend bien que Dieu veut que ses enfants l'adorent sincèrement. Qu'ils ne soient pas des personnes qui jouent la comédie ; bien au contraire, qu'ils sachent reconnaitre devant Lui, leurs fautes, manquements et faiblesses. Que chacun de nous soit interpellé à ce sujet.

Le thème de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 2021 « Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance » (Jean 15 :5-9), nous appelle à prier et à travailler pour la réconciliation et l'unité dans l'Église, avec notre famille humaine et avec toute la création. S'inspirant de l'image évangélique de la vigne et des sarments, il nous invite à nourrir l'unité avec Dieu et les uns avec les autres par le silence contemplatif, la prière et l'action commune. Greffés à la vigne qu'est le Christ comme de nombreuses branches diverses, puissions-nous porter des fruits abondants et créer de nouvelles façons de vivre, avec respect de toute la création et en communion avec elle.

Prière :

Dieu tout-puissant, tu as envoyé ton Fils Jésus Christ pour réconcilier le monde avec toi. Nous te glorifions pour ceux que, dans la puissance de ton Esprit, tu as envoyé proclamer l'Évangile à toutes les nations. Nous te rendons grâce pour les communautés d'amour qui se forment partout sur terre pour prier et travailler, pour tes serviteurs qui en tout lieu invoquent ton nom. Que ton Esprit éveille en nous tous une faim et une soif d'unité en toi. Nous t'en prions, Seigneur :

Seigneur, entends notre prière.

Dieu de bonté, nous prions pour nos Églises. Remplis-les de vérité et de paix. Là où la foi est corrompue, purifie-la ; là où les humains sont égarés, remets-les sur la voie ; là où ils négligent de proclamer l'Évangile, réforme-les ; là où ils témoignent de ce qui est juste, affermis-les ; là où ils sont dans le besoin, pourvois à leurs besoins ; et là où ils sont divisés, réunis-les. Nous t'en prions, Seigneur.

Seigneur, entends notre prière.

Dieu créateur de l'univers, tu nous as faits à ton image et tu nous as sauvés en Jésus Christ ton Fils. Regarde avec bienveillance toute la famille humaine ; libère-nous de l'arrogance et de l'hostilité qui corrompent nos cœurs ; fais tomber les murs qui nous séparent ; unis-nous par les des liens de ton amour. Et malgré toutes nos faiblesses, agis pour que ton plan divin s'accomplisse sur terre, afin que tous les peuples et les nations te servent dans l'harmonie, rassemblés autour de ton trône céleste. Nous t'en prions, Seigneur.

Seigneur, entends notre prière.

Esprit Saint, toi qui donnes la vie, nous avons été créés pour devenir un en toi et pour partager cette vie sur terre avec nos frères et sœurs. Ranimes-en chacun de nous ta compassion et ton amour. Donne-nous la force et le courage d'œuvrer pour la justice dans les lieux où nous vivons, pour amener la paix dans nos familles, pour être source de réconfort pour les malades et les mourants et pour partager tout ce que nous possédons avec les plus démunis. Pour que tous les cœurs humains soient un jour transformés, nous t'en prions Seigneur :

Seigneur, entends notre prière. Amen

Du conseil pontifical pour l'unité des chrétiens.

P/ Les Amis du Saint Sacrement

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

LES AMIS DU SAINT SACREMENT