31° jour. Consécration dans l’amour de l’Eglise - Hozana

31° jour. Consécration dans l’amour de l’Eglise

Trente-trois jours pour se consacrer à Jésus-Christ par Marie, EDB, Nouan le Fuzelier, 2012 (Nihil obstat)

31° jour. Consécration dans l’amour de l’Eglise

Parfois nous nous sentons seuls, et nous sommes heureux de retrouver des amis à la paroisse, dans les mouvements d’Eglise, dans une communauté… C’est une première appréciation de l’Eglise. Nous pouvons accueillir ces sentiments qui sont en nous. Se consacrer dans l’amour de l’Eglise, c’est commencer à fréquenter l’Eglise, ses paroisses, ses mouvements, ses communautés, même avec une motivation très humaine. 

Le premier psaume nous invite à un regard plus profond. Ce psaume décrit un homme juste. Au début, nous avons l’impression qu’il est seul parce qu’il n’est pas avec les impies, ni avec les égarés, ni avec les rieurs… Pourtant il est heureux, il se plaît à méditer la parole du Seigneur, il est comme un arbre au bord d’un cours d’eau, et il portera son fruit en son temps… A la fin du psaume, il est dit que cet homme, se retrouve dans « l’assemblée » des justes ! Loin d’être seul, cet homme (cette femme) a sa place dans une assemblée, entouré(e) de l’amitié et de la connivence d’autres gens qui comme lui sont justes.

Se consacrer dans l’amour de l’Eglise, c’est consacrer sa solitude, son union à Dieu, et les amitiés spirituelles qui puisent leur force dans l’union à Dieu que nous avons cultivée, dans la solitude !

L’Eglise est le « Corps du Christ », elle porte le parfum du Christ sans cependant s’identifier physiquement au Christ. Nous vivons très souvent cette réalité mystérieuse. Par exemple, parfois, nous cherchons du réconfort, ce réconfort ne vient pas des personnes que nous attendions mais d’autres gens, auxquels nous ne pensions pas : ce réconfort nous vient du Corps du Christ, du Christ en son Eglise, et c’est toujours Jésus… Se consacrer dans l’amour de l’Eglise, c’est s’ouvrir à un regard de foi ! 

Par sa croix, Jésus rassemble dans l’unité tous les fils de Dieu… Quand le rassemblement de l’Eglise sera complet, chacun recevra une plénitude supérieure à celle que sa seule union personnelle au Christ lui donnait. Se consacrer dans l’amour de l’Eglise c’est aimer le Christ dans la plénitude : dans tous ses membres, nos frères !

Origène cherche à expliquer pourquoi l’épouse du Cantique, c’est-à-dire l’Eglise, est dite « noire ». Origène compare le Christ à Moïse qui prend comme épouse une femme noire. Il compare surtout Dieu à un soleil de justice qui brûle l’iniquité, et qui fait apparaître noir ce qui n’est pas parfait. Cette comparaison est reprise au XVI° siècle par saint Jean de la Croix dans La nuit obscure, cette « nuit » nous purifie de nos façons trop basses de nous représenter et d’aimer Dieu. Le « soleil » fait apparaître les erreurs et les misères des sens et de l’esprit, pour les en purifier. Les « nuits » sont pénibles mais elles ne sont pas le but ultime, elles exercent le « pur amour », elles conduisent aux noces mystiques.

Toutes les époques ont vu des chrétiens se comporter de manière indigne, qu’ils soient ministres du culte, militaires, notables, ou simples gens. Toutes les époques ont vu des collectivités chrétiennes dis-fonctionner, que ce soit de simples paroisses, des ordres religieux anciens ou nouveaux, des mouvements divers, des peuples entiers.

Et à toutes les époques, Dieu est un soleil de justice qui tôt ou tard se lève pour qu’apparaisse au grand jour ce qui n’est pas parfait. Et son but est de purifier.

Le Christ, comme Moïse, a pris pour épouse une femme noire, noircie par le soleil de justice qui la purifiera. Nous sommes nous-mêmes cette femme noire que le Christ épouse, et qui, au fur et à mesure de sa conversion devient blanche et radieuse, s’appuyant sur son bien-aimé. L’Eglise tout entière est cette femme noire. Nous aimons l’Eglise parce que Jésus l’aime.

 

C’est ici qu’il est important de regarder Marie :

« Tout comme dans le ciel où elle est déjà glorifiée corps et âme, la Mère de Jésus représente et inaugure l’Eglise en son achèvement dans le siècle futur, de même sur cette terre, en attendant la venue du jour du Seigneur (cf. 2P 3,10), elle brille déjà comme un signe d’espérance assurée et de consolation devant le peuple de Dieu en pèlerinage. »

L’Eglise regarde vers Marie :

« La Vierge a été par sa vie le modèle de cet amour maternel dont doivent être animés tous ceux qui, associés à la mission apostolique de l’Eglise, travaillent à la régénération des hommes. » (Vatican II)…

Ceci signifie que, comme Marie a conçu de l’Esprit Saint, la parole des missionnaires agit par la puissance de l’Esprit Saint.

Ou encore, comme Marie chez Elisabeth, l’Eglise vit dans la louange, et avec un esprit de service.

Comme Marie au pied de la Croix, où Jésus meurt pour rassembler les fils de Dieu dispersés (Jn 11, 52), l’Eglise accueille largement, dans l’unité… Car Jésus crée la paix d’une humanité rassemblée dans l’Eglise unifiée !

Comme la prière de Marie attire l’Esprit Saint au cénacle de la Pentecôte, la prière de l’Eglise attire l’Esprit Saint sur le monde, sur tous les peuples !

La consécration par Marie est un acte à intérioriser en Eglise, en paroisse. Les actes récents du saint Père nous y encouragent fortement. Pendant l’année sacerdotale, le pape Benoît XVI a consacré les prêtres au cœur immaculé de Marie, à Fatima, le soir du 12 mai 2010. De plus, cette année sacerdotale fut célébrée en mémoire du saint Curé d’Ars, et ce dernier avait déjà consacré sa paroisse au cœur immaculé de Marie (le 1° mai 1836), et on sait qu’à partir de ce jour, la paroisse d’Ars fut étonnamment fervente ; les vertus des paroissiens grandirent magnifiquement ; et la paroisse eut un rayonnement extra-ordinaire.

 

Consécration

O Marie, merci pour l’Eglise, l’Eglise locale où je peux concrètement participer à une rencontre, à un temps de prière, à une liturgie, à un mouvement, à un apostolat…

O Marie, je te consacre ma solitude et mon union à Dieu, pour nourrir ensuite mes amitiés spirituelles.

Je te consacre mes relations spirituelles, celles qui me sont utiles, protèges-les, celles qui me font reculer, coupe-les.

O Marie, je te consacre mon regard sur l’Eglise pour qu’il devienne un regard de foi et que je puisse percevoir Jésus qui me parle par l’Eglise, par le pape, par les ministres ordonnés, ou par les plus humbles chrétiens.

O Marie, je te consacre aussi mon espérance pour l’Eglise, tu sais bien que l’épouse qui est encore noircie par ses maux sera bientôt blanche et radieuse, appuyée sur son Bien-aimé…

O Marie, donne-moi un cœur comme le tien, capable de rassembler dans l’unité de l’Eglise.

O Reine du rosaire, avec toi je prie pour mon pays et pour le monde !

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

17 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Maria Luz
place Región Metropolitana de Santiago, il y a 1 an
AMEN!!!
Frédéric
place Rennes, il y a 1 an
OH mon doux Seigneur, donne nous la patience qui permet d'attendre notre frère, donne nous la caresse fraternelle qui dit on va s'arrêter lorsque nous avons de reprendre le courage amen
Elymisabeth
 il y a 1 an
O reine du rosaire avec toi je prie pour mon pays et le monde
Marie-Thérèse
place Quincy-Voisins, il y a 1 an
Ô Marie, donne-moi un cœur comme le tien, capable de rassembler dan l'unité de l'Eglise - Ô Reine du rosaire, avec toi je prie pour mon pays et pour le monde - Amen -
Gabriel Gouband
place Caen, il y a 1 an
Ave Maria ! Mon collègue Cyrille est athée et incroyant, il part en voyage aux USA, il est angoissé de ne plus trouver un hébergement à bon prix à San Francisco, je prie à sa place pour que Vous le trouviez une chambre de nuit à San Francisco dés son arrivée. Amen !
Elymisabeth
 il y a 1 an
Seigneur écoute la prière de ta servante et que ta volonté soit faite pour ce voyage