23° jour. Consécration dans sa charité ardente - Hozana

23° jour. Consécration dans sa charité ardente

Trente-trois jours pour se consacrer à Jésus-Christ par Marie, EDB, Nouan le Fuzelier, 2012 (Nihil obstat)

23° jour. Consécration dans sa charité ardente 

La charité :

Nous oublions les vraies valeurs à cause de l’esprit de consommation, « l’esprit du monde ». Et nous perdons la charité, l’amour.

C’est pourquoi il faut d’abord un certain dépouillement : « La charité dépouille les affections et les appétits de la volonté de tout ce qui n’est pas Dieu et les transfère en Dieu seul. » (Saint Jean de la Croix)

Prenons des exemples :

Quand notre cœur s’est détaché des biens naturels (talents, force, intelligence), notre cœur ne dit pas que telle personne est moins éduquée, moins intelligente, etc. Il sait aimer au-delà des biens naturels.

Quand notre cœur s’est détaché des biens sensibles (ce que l’on voit, ce que l’on sent), il ne dit pas que telle personne est moins belle, sent mauvais, etc. Il sait aimer au-delà des apparences sensibles.

Quand notre cœur s’est détaché des biens moraux, il ne dit pas comme le pharisien qu’il vaut mieux que le reste des hommes : il sait que le bien lui est venu par grâce de Dieu.

Un cœur pur sait aimer tous les hommes.

Le cœur pur aime les vertus qui sont dans le prochain.

Le cœur pur aime le prochain pour Dieu.

Le cœur qui aime est victorieux de ses intérêts propres.

Plus l’âme se souvient du prochain et plus elle se souvient de Dieu et le désire.

La Vierge Marie avait une charité de cette qualité.

 

La charité vient de Dieu.

La charité fait de tout homme notre prochain, et fait de nous le prochain de celui qui a besoin de nous. Ce pouvoir créateur, la charité le tient de ce qu’elle vient de Dieu (Origène).

Parce qu’elle vient de Dieu, nous demandons la charité dans la prière.

 

La charité a une dimension sociale, elle est un pilier de la paix.

« Celui qui est animé d’une vraie charité est ingénieux à découvrir les causes de la misère, à trouver les moyens de la combattre, à la vaincre résolument. » (Benoît XVI)

« Si le développement économique, social et politique veut être authentiquement humain, il doit prendre en considération le principe de gratuité comme expression de fraternité. » (Benoît XVI)

 

Marie « buisson ardent » :

Le livre de l’Exode raconte que Moïse vit dans le désert un buisson brûler sans se consumer, et Dieu l’appela du milieu du buisson, lui parla, et l’envoya délivrer les Hébreux (Ex 3, 1-12).

Le feu ne vient pas du buisson, il vient de Dieu. En effet, dans la Bible, il est parfois dit que Dieu est comme le feu, par exemple dans la vision du char divin de la vision d’Ezéchiel (Ez 1, 4).

L’image du buisson ardent a été utilisée pour parler de Marie parce qu’elle a porté, comme le buisson, la présence de Dieu, plus exactement le Christ, le Verbe de Dieu. Et, comme le buisson ardent du livre de l’Exode, Marie n’a pas été consumée.

L’Esprit Saint met en Marie une flamme d’amour qui la transforme et produit des actes intérieurs tout brûlants d’amour. Cependant l’image du buisson ardent évoque d’abord la maternité de Marie, le fait que Marie est vierge et mère de Dieu.

L’image du buisson ardent ne nous invite pas à rechercher une ardeur sensible, mais à aller au désert comme Moïse.

L’image du buisson ardent nous invite, comme Moïse qui ôte ses sandales, à vénérer Marie mère de Dieu, avec un infini respect. Le véritable amour est communiqué dans ce respect…

Au Buisson ardent, Dieu « descendit »», et envoie Moise délivrer les hébreux : le mythe égyptien les enfermait par les pouvoirs occultes liés à la divination et un pharaon quasi-divinisé exerçait sur eux une dure oppression sociale.

Combien plus Dieu délivre-t-il les hommes quand Dieu « descend » et s’incarne ! Marie est, elle aussi, impliquée dans les libérations de l’histoire.

Jésus a dit au disciple de prendre chez soi Marie « Voici ta mère ». Si nous accueillons Marie « buisson ardent », avec respect, avec vénération, notre « feu » et notre « ardeur » doivent amener des délivrances sociales et intérieures dans notre histoire !

 

Consécration

O Marie, toi que l’on nomme « Buisson ardent », je m’approche de toi avec respect et pureté de cœur.

Ta charité est ardente parce que tu portes la charité de Dieu, je t’en prie, inspire-moi d’aimer le bien qui est dans mon prochain et d’aimer mon prochain pour Dieu.

O Marie, le Fils que tu as engendré délivre le monde de ses misères plus encore que Moïse délivra les Hébreux d’Egypte, je te prie de m’inspirer des actes efficaces de charité pour qu’advienne un monde nouveau.

O Marie, toi qui est devenue notre mère par ta charité, en toi je me livre et consacre entièrement au Dieu de charité.

 

 

[1] , Nuit obscure II, 21, 10-11

[2] Origène, Commentaire sur le Cantique des Cantiques, Sources Chrétiennes 375, Prologue 2,38 et 39 ; Tome I, p.119

[3] Paul VI, Lettre encyclique. Populorum progressio, § 75

[4] Benoît XVI, Lettre encyclique Caritas in veritate, § 34.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

12 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Maria Luz
place Región Metropolitana de Santiago, il y a 1 an
AMEN!!!!
Fernande
place Noisy-le-Grand, il y a 1 an
Apprends nous la charité Seigneur et en nous une flamme d'amour. Amen
SLP
place Provence-Alpes-Côte d'Azur, il y a 1 an
Sainte Vierge Marie, aide moi â te ressembler et que l'esprit de charité m'habite et grandisse en moi chaque jour.
Nelly
place Limoges, France, il y a 1 an
Amen, en union de prière.
Sabrina
 il y a 1 an
O ma mère, douce et tendre apprends moi à être comme toi! A penser comme toi, à agir avec mon coeur, a être Amour. Viens moi en aide, oui je veux que tous ressent ta présence en moi. Amen