« Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » - 9 juin 2021

« Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » - 9 juin 2021


Saint Ephrem

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Matthieu 5, 17-19

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Prière

Je crois en toi, mon Dieu, je crois que tu es présent ici, avec moi. Je me mets en ta présence, toi qui as tout créé, qui m'as créé, qui remplis tout. Augmente ma foi en toi. J'espère en toi, mon Dieu. J'espère en ta parole, en tes promesses. J'espère en la vie éternelle, cette vie qui est le but de ma vie sur terre. Augmente mon espérance, donne-moi de vivre les yeux fixés sur toi. Je t'aime, ô mon Dieu, mais affermis mon amour si faible et inconstant. Mets en moi ton amour qui pénètre tout et consume tout.

Demande

Seigneur, insuffle de l'amour dans mes œuvres !

Réflexion

  1. Cet Évangile vient peu après les béatitudes. Jésus se trouve sur la montagne et il enseigne à ses disciples et aux foules la nouveauté du message chrétien. Il n'est pas seulement un prophète parmi tant d'autres, qui viendrait réclamer l'observance de la Loi. Il apporte une nouveauté fondamentale, une parole prononcée « avec autorité », une parole de vie éternelle.
    Toutefois, après avoir présenté les béatitudes, centre de la vie chrétienne, Jésus semble se raviser. Il rappelle tout d'un coup que la Loi existe, et qu'il n'est pas venu l'abolir. Il déclare même qu'elle ne passera pas jusqu'à ce qu'elle se réalise ! C'est donc un Évangile qui, pour les auditeurs de l'époque comme pour ceux d'aujourd'hui, pose la question du rapport de notre foi avec les commandements, la loi, les règles de vie chrétienne et celles de l'Église.  
  2. Le plus petit et le grand
    Apparemment, selon les mots de Jésus, observer la Loi est donc sérieux : être grand ou petit dans le Royaume en dépend. Néanmoins, un détail est important. Dans les deux cas, on est dans le Royaume. C'est-à-dire qu'observer la Loi fait varier notre situation dans le Royaume, mais non pas notre entrée dans celui-ci, contrairement au verset qui suit notre Évangile : « Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux. » (Mt 5, 20)
    On comprend alors que Jésus parle de deux niveaux différents. Il nous invite d'abord à entrer dans le Royaume, à vivre une justice différente, une justice des béatitudes, de l'amour, une justice de la conversion qui se manifeste dans le baptême. Sans cela, pas de Royaume, pas de salut. Mais il y a ensuite un deuxième niveau, qui est celui de la Loi, celui de la vie dans le Royaume. C'est celui où se trouvent les baptisés, les disciples, les chrétiens qui connaissent déjà un peu le Christ.
  3. « Celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »
    Jésus nous parle aujourd'hui ici de ce deuxième niveau. C'est le même que dans le discours de la dernière Cène : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. » (Jn 15, 14) Il s'agit d'une question d'amour, et l'amour se manifeste par les œuvres, par des actions concrètes envers la personne aimée, par faire ce qui lui plaît, quand il s'agit de Dieu : faire sa volonté.
    L'Évangile nous enseigne que la Loi, les commandements, ce que nous demande le Christ et l'Église, c'est en fin de compte plus une question d'amour qu'une question de salut. C'est comme le thermomètre de notre foi, de notre espérance, de notre charité. Celui qui aime vraiment le Christ trouvera sa joie dans l'accomplissement de sa volonté, de ses moindres désirs. Celui qui vit de l'Esprit sera fidèle aux plus petites inspirations qu'il insufflera en nous tout au long de la journée. Celui qui cherche la volonté du Père saura la trouver dans l'Église qu'il a voulue de toute éternité pour apporter le salut au monde entier.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, illumine-moi sur ma vie, sur l'endroit du chemin où je me trouve. Me faut-il entrer dans le Royaume ? Me faut-il aimer davantage, chercher avec plus de désir ta volonté ? Me voici devant toi, humblement, pour t'offrir ma vie. Je veux te suivre, t'aimer, te servir. Augmente ma foi pour voir en ta volonté, incarnée dans les commandements, dans l'Église, le moyen de t'aimer, de vivre l'immense gratitude de m'avoir sauvé. Seigneur, aide-moi à t'aimer avec des œuvres et à vivre les œuvres par amour.

Résolution

Trouver un commandement, un précepte de ma foi ou de l'Église que je vis habituellement avec peu de sens, et lui donner ce sens d'amour envers le Christ, de recherche de sa volonté.

Frère Matthieu Boo d'Arc, LC
Contacter l'auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l'Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Méditation sur l'Évangile du jour