Suivre le Pape sans peur

Suivre le Pape sans peur

Image Challenges - Le pape visitera les pays baltes en 2018 


"CHER THEOPHILE, dans mon premier livre, j'ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le moment où il commença, jusqu'au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l'Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu'il avait choisis. C'est à eux qu'il s'est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu. Au cours d'un repas qu'il prenait avec eux, il leur donna l'ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d'y attendre que s'accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l'avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l'eau, vous, c'est dans l'Esprit Saint que vous serez baptisés d'ici peu de jours. » Ainsi réunis, les Apôtres l'interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité." (Ac 6,1-7)


MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA MAISON SAINTE-MARTHE - Samedi 13 avril 2013 - (L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 16 du 18 avril 2013)

N'ayez pas peur


« Pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne, il faut regarder la réalité en face, prêts, comme le gardien de but d'une équipe de football, à arrêter le ballon d'où qu'il vienne. Et sans céder à la peur ou à la tentation de se plaindre, car Jésus est toujours aux côtés de chaque homme, même et surtout pendant les moments les plus difficiles ». Telles sont les paroles de François au cours de la Messe célébrée le 13 avril.

Dans le passage des Actes des apôtres (6, 1-7), « il y a une partie — a expliqué le Pape — de l'histoire des premiers jours de l'Église : l'Église grandissait, le nombre des disciples augmentait », mais « à ce moment-là, les problèmes commencent ». En effet, « ceux de langue grecque murmurent contre ceux de langue juive » car dans l'assistance quotidienne on négligeait les veuves. « La vie — a-t-il poursuivi — n'est pas toujours tranquille et belle » et « la première chose qu'ils font est de murmurer, de parler l'un contre l'autre : “Mais, regarde, il y a ça…”. Mais cela ne mène à aucune solution, cela ne donne pas de solution ». En revanche, « les apôtres, avec l'assistance de l'Esprit Saint, ont bien réagi. Ils ont convoqué le groupe des disciples et ils ont parlé. C'est le premier pas : quand il y a des difficultés, il faut bien les regarder, les affronter et en parler. Il ne faut jamais les cacher. La vie est ainsi. Il faut prendre la vie comme elle vient, non comme nous voulons qu'elle vienne ». Les apôtres, donc, « ont parlé entre eux et ont fait une belle proposition, une proposition révolutionnaire, parce qu'ils ont dit : “Mais nous sommes les apôtres, ceux que Jésus a choisis”. Mais cela ne suffit pas. Ils se sont rendus compte que leur premier devoir était la prière et le service de la Parole. “Et pour l'assistance quotidienne aux veuves nous devons faire une autre chose” ». Ainsi, « ils ont décidé de créer les diacres ». « Une décision — a ajouté le Pape — un peu risquée à cette époque. Mais l'Esprit Saint les a poussés à faire cela. Ils l'ont fait ». Ainsi « nous ne devons pas avoir peur des problèmes. Jésus lui-même dit à ses disciples : c'est moi, n'ayez pas peur, c'est moi ! Toujours. Avec les difficultés de la vie, avec les problèmes, avec les choses nouvelles que nous devons affronter : le Seigneur est là. Nous pouvons nous tromper, véritablement, mais Il est toujours près de nous et il dit : tu t'es trompé, reprends le bon chemin ». N'ayons pas peur des difficultés, n'ayons pas peur quand notre cœur est triste, dans l'obscurité ! Prenons les choses comme elles viennent, avec l'Esprit du Seigneur et l'aide de l'Esprit Saint. Et ainsi allons de l'avant, en sécurité sur un juste chemin ».

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

À la découverte du pape François