" La paix soit avec vous ! "

" La paix soit avec vous ! "

Jeudi  8 avril 2021, Jeudi dans l'Octave de Pâques, année B.


Oraison:


Lectures de la messe

Première lecture (Ac 3, 11-26)

En ces jours-là, l'infirme que Pierre et Jean venaient de guérir ne les lâchait plus. Tout le peuple accourut vers eux au Portique dit de Salomon. Les gens étaient stupéfaits. Voyant cela, Pierre interpella le peuple : « Hommes d'Israël, pourquoi vous étonner ? Pourquoi fixer les yeux sur nous, comme si c'était en vertu de notre puissance personnelle ou de notre piété que nous lui avons donné de marcher ? Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l'aviez livré, vous l'aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher. Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu'on vous accorde la grâce d'un meurtrier. Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d'entre les morts, nous en sommes témoins. Tout repose sur la foi dans le nom de Jésus Christ : c'est ce nom lui-même qui vient d'affermir cet homme que vous regardez et connaissez ; oui, la foi qui vient par Jésus l'a rétabli dans son intégrité physique, en votre présence à tous. D'ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l'ignorance, vous et vos chefs. Mais Dieu a ainsi accompli ce qu'il avait d'avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie souffrirait. Convertissez-vous et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés. Ainsi viendront les temps de la fraîcheur de la part du Seigneur, et il enverra le Christ Jésus qui vous est destiné. Il faut en effet que le ciel l'accueille jusqu'à l'époque où tout sera rétabli, comme Dieu l'avait dit par la bouche des saints, ceux d'autrefois, ses prophètes. Moïse a déclaré : Le Seigneur votre Dieu suscitera pour vous, du milieu de vos frères, un prophète comme moi : vous l'écouterez en tout ce qu'il vous dira. Quiconque n'écoutera pas ce prophète sera retranché du peuple. Ensuite, tous les prophètes qui ont parlé depuis Samuel et ses successeurs, aussi nombreux furent-ils, ont annoncé les jours où nous sommes. C'est vous qui êtes les fils des prophètes et de l'Alliance que Dieu a conclue avec vos pères, quand il disait à Abraham : En ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. C'est pour vous d'abord que Dieu a suscité son Serviteur, et il l'a envoyé vous bénir, pourvu que chacun de vous se détourne de sa méchanceté. » – Parole du Seigneur.


Psaume (Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9)

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ? Tu l'as voulu un peu moindre qu'un dieu, le couronnant de gloire et d'honneur ; tu l'établis sur les œuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds. Les troupeaux de bœufs et de brebis, et même les bêtes sauvages, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, tout ce qui va son chemin dans les eaux.


Évangile (Lc 24, 35-48)

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d'Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s'était passé sur la route, et comment le Seigneur s'était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d'eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os comme vous constatez que j'en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu'il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : “Il faut que s'accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu'il ressusciterait d'entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d'en être les témoins. » – Acclamons la Parole de Dieu.



PAPE FRANÇOIS

AUDIENCE GÉNÉRALE

Place Saint-Pierre
Mercredi 3 avril
 2013

Vidéo

 

Chers frères et sœurs, bonjour,

Aujourd'hui, nous reprenons les catéchèses de l'Année de la foi. Dans le Credo, nous répétons cette expression : « Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures ». C'est précisément l'événement que nous célébrons : la Résurrection de Jésus, cœur du message chrétien, qui a retenti depuis le début et a été transmis afin qu'il parvienne jusqu'à nous. Saint Paul écrit aux chrétiens de Corinthe : « Je vous ai donc transmis en premier lieu ce que j'avais moi-même reçu, à savoir que le Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures, qu'il a été mis au tombeau, qu'il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures, qu'il est apparu à Céphas, puis aux Douze » (1 Co 15, 3-5). Cette brève confession de foi annonce précisément le Mystère pascal, avec les premières apparitions du Ressuscité à Pierre et aux Douze: la Mort et la Résurrection de Jésus sont précisément le cœur de notre espérance. Sans cette foi dans la mort et dans la résurrection de Jésus, notre espérance sera faible, ce ne sera pas même une espérance, et c'est précisément la mort et la résurrection de Jésus qui sont le cœur de notre espérance. L'apôtre affirme : « si le Christ n'est pas ressuscité, vaine est votre foi; vous êtes encore dans vos péchés » (v. 17). Malheureusement, souvent on a tenté d'obscurcir la foi dans la Résurrection de Jésus, et parmi les croyants eux-mêmes se sont insinués des doutes. C'est un peu une foi « à l'eau de rose » comme on dit ; ce n'est pas une foi forte. Et cela par superficialité, parfois par indifférence, occupés par mille choses que l'on considère plus importantes que la foi, ou encore en raison d'une vision uniquement horizontale de la vie. Mais c'est précisément la résurrection qui nous ouvre à l'espérance la plus grande, car elle ouvre notre vie et la vie du monde à l'avenir éternel de Dieu, au bonheur total, à la certitude que le mal, le péché, la mort peuvent être vaincus. Et cela conduit à vivre avec davantage de confiance les réalités quotidiennes, à les affronter avec courage et application. La Résurrection du Christ illumine d'une lumière nouvelle ces réalités quotidiennes. La Résurrection du Christ est notre force !

Mais comment la vérité de foi de la Résurrection du Christ nous a-t-elle été transmise ? Il y a deux types de témoignages dans le nouveau Testament : certains sont sous la forme de profession de foi, c'est-à-dire de formules synthétiques qui indiquent le cœur de la foi ; d'autres en revanche sont sous la forme de récit de l'événement de la Résurrection et des faits qui y sont liés. La première : la forme de la profession de foi, par exemple, c'est celle que nous venons d'écouter, ou encore celle de la Lettre aux Romains dans laquelle saint Paul écrit : « Si tes lèvres confessent que Jésus est Seigneur et si ton cœur croit que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (10, 9). Dès les premiers pas de l'Église, la foi dans le Mystère de mort et de Résurrection de Jésus est bien établie et claire. Mais aujourd'hui, je voudrais m'arrêter sur la seconde forme, sur les témoignage sous la forme de récit, que nous trouvons dans les Évangiles. Avant tout, nous observons que les premiers témoins de cet événement furent les femmes. À l'aube, elles se rendirent au sépulcre pour oindre le corps de Jésus, et trouvent le premier signe : le tombeau vide (cf. Mc 16, 1). Vient ensuite la rencontre avec un Messager de Dieu qui annonce: Jésus de Nazareth, le Crucifié, n'est pas ici, il est ressuscité (cf. vv. 5-6). Les femmes sont poussées par l'amour et elles savent accueillir cette annonce avec foi : elles croient, et immédiatement la transmettent, elles ne la gardent pas pour elles, elle la transmettent. La joie de savoir que Jésus est vivant, l'espérance qui remplit le cœur, ne peuvent pas être réprimées. Cela devrait également être le cas dans notre vie. Nous ressentons la joie d'être chrétiens ! Nous croyons dans un Ressuscité qui a vaincu le mal et la mort ! Nous avons le courage de « sortir » pour apporter cette joie et cette lumière dans tous les lieux de notre vie ! La Résurrection du Christ est notre plus grande certitude ; c'est le trésor le plus précieux ! Comment ne pas partager ce trésor, cette certitude, avec les autres? Elle n'est pas seulement là pour nous, mais pour la transmettre, pour la donner aux autres, la partager avec les autres. C'est précisément là notre témoignage.

Un autre élément. Dans les professions de foi du Nouveau Testament, seuls des hommes sont rappelés comme témoins de la Résurrection, les apôtres, mais pas les femmes. C'est parce que, selon la loi judaïque de cette époque, les femmes et les enfants ne pouvaient pas rendre un témoignage fiable, crédible. Dans les Évangiles, en revanche, les femmes ont un rôle primordial, fondamental. Nous pouvons ici saisir un élément en faveur de l'historicité de la Résurrection : s'il s'agissait d'un fait inventé, dans le contexte de cette époque, il n'aurait pas été lié au témoignage des femmes. En revanche, les évangélistes rapportent simplement ce qui s'est passé : ce sont les femmes qui sont les premiers témoins. Cela nous dit que Dieu ne choisit pas selon les critères humains : les premiers témoins de la naissance de Jésus sont les pasteurs, des personnes simples et humbles ; les premiers témoins de la Résurrection sont les femmes. Et cela est beau. Et c'est un peu la mission des femmes : des mères, des femmes ! Rendre témoignage aux enfants, aux petits-enfants, que Jésus est vivant, il est le vivant, il est le ressuscité. Mères et femmes, allez de l'avant avec ce témoignage ! Pour Dieu c'est le cœur qui compte, combien nous sommes ouverts à Lui, si nous sommes comme les enfants qui ont confiance. Mais cela nous fait aussi réfléchir sur la manière dont les femmes, dans l'Église et dans le chemin de foi, ont eu et ont aujourd'hui aussi un rôle particulier en ouvrant les portes aux Seigneur, en le suivant et en communiquant sa Face, car le regard de la foi a toujours besoin du regard simple et profond de l'amour. Les apôtres et les disciples ont plus de difficultés à croire. Les femmes non. Pierre court au sépulcre, mais il s'arrête à la tombe vide ; Thomas doit toucher de ses mains les blessures du corps de Jésus. Dans notre chemin de foi aussi, il est important de savoir et de sentir que Dieu nous aime, de ne pas avoir peur de l'aimer : la foi se professe avec la bouche et avec le cœur, avec la parole et avec l'amour.

Après les apparitions aux femmes, d'autres suivent: Jésus se rend présent de manière nouvelle : il est le Crucifié, mais son corps est glorieux ; il n'est pas revenu à la vie terrestre, mais à une condition nouvelle. Au début, ils ne le reconnaissent pas, et ce n'est qu'à travers ses paroles et ses gestes que leurs yeux s'ouvrent : la rencontre avec le Ressuscité transforme, elle donne une force nouvelle à la foi, un fondement inébranlable. Pour nous aussi, il existe de nombreux signes où le Ressuscité se fait reconnaître : l'Écriture Sainte, l'Eucharistie, les autres sacrements, la charité, ces gestes d'amour qui portent un rayon du Ressuscité. Laissons-nous illuminer par la Résurrection du Christ, laissons-nous transformer par sa force, pour qu'à travers nous également, dans le monde, les signes de mort laissent place aux signes de vie. J'ai vu qu'il y a de nombreux jeunes sur la place. Les voilà ! Je vous dis: portez de l'avant cette certitude : le Seigneur est vivant et marche à nos côtés dans la vie. Telle est votre mission ! Portez de l'avant cette espérance. Soyez ancrés à cette espérance : cette ancre qui est dans le ciel ; tenez ferme la corde, soyez ancrés et portez de l'avant l'espérance. Vous, témoins de Jésus, portez de l'avant le témoignage que Jésus est vivant et cela nous donnera de l'espérance, donnera de l'espérance à ce monde un peu vieilli par les guerres, par le mal, par le péché. En avant les jeunes !


Je suis heureux de vous saluer chers amis francophones, particulièrement les jeunes venus de France, de Suisse, de Belgique, ainsi que les jeunes du Liban qui ont préparé les méditations de la Via Crucis. Laissez-vous illuminer par la résurrection du Christ et transformer par sa force pour porter au monde des signes de sa vie ! Bonne semaine pascale à tous!

Source: vatican.va



Attire-moi près de toi
Draw me close to you

Ne me laisse jamais partir
Never let me go

Je pose tout à nouveau
I lay it all down again

Pour t'entendre dire que je suis ton ami
To hear you say that I'm your friend

Tu es mon désir
You are my desire

Personne d'autre ne le fera
No one else will do

Parce que rien d'autre ne peut prendre ta place
'Cause nothing else can take your place

Pour sentir la chaleur de ton étreinte
To feel the warmth of your embrace

Aide-moi à trouver le chemin
Help me find the way

Ramène-moi à toi
Bring me back to you
tu es tout ce que je veux
You're all I want

Tu es tout ce dont j'ai jamais eu besoin
You're all I've ever needed

tu es tout ce que je veux
You're all I want

Aidez-moi à savoir que vous êtes proche
Help me know you are near
Attire-moi près de toi
Draw me close to you

Ne me laisse jamais partir
Never let me go

Je pose tout à nouveau
I lay it all down again

Pour t'entendre dire que je suis ton ami
To hear you say that I'm your friend

Tu es mon désir
You are my desire

Personne d'autre ne le fera
No one else will do

Parce que rien d'autre ne peut prendre ta place
'Cause nothing else can take your place

Pour sentir la chaleur de ton étreinte
To feel the warmth of your embrace

Aide-moi à trouver le chemin
Help me find the way

Ramène-moi à toi
Bring me back to you
tu es tout ce que je veux
You're all I want

Tu es tout ce dont j'ai jamais eu besoin
You're all I've ever needed

tu es tout ce que je veux
You're all I want

Aidez-moi à savoir que vous êtes proche
Help me know you are near
tu es tout ce que je veux
You're all I want

Tu es tout ce dont j'ai jamais eu besoin
You're all I've ever needed

tu es tout ce que je veux
You're all I want

Aidez-moi à savoir que vous êtes proche
Help me know you are near
Aidez-moi à savoir que vous êtes proche
Help me know you are near

Aidez-moi à savoir que vous êtes proche
Help me know you are near
Source : LyricFind
Paroliers : Kelly Carpenter / Mark Hayes
Paroles de Draw Me Close © Music Services, Inc

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Soli Deo