2. Montons, nous aussi sur le Mont Thabor, le Mont de la Transfiguration.

Montons, nous aussi sur le Mont Thabor, le Mont de la Transfiguration.  (cf Mc 9, 2-10).


Avertissement 

Cette homélie reprend certains éléments du tiroir homilétique précédent.


Plan

Evangile de la Transfiguration (Mc 9, 2-10). 

A. Où se situe le Mont Thabor ?  

B. Le premier miracle ressemble à un des signes vécus par Moïse sur le Mont Sinaï.

C. Le deuxième miracle, le deuxième signe ressemble à celui que Dieu a donné lors du baptême de Jésus.  

D. Le troisième miracle, le troisième signe inaugure un dialogue entre Jésus, Moïse et Elie.

E. Trois miracles, trois signes, dons de Dieu pour nous aujourd'hui.  

F. Montons nous aussi sur le Mont Thabor.   

G. Au sommet des montagnes, Dieu parle.


Evangile de la Transfiguration (Mc 9, 2-10).

« 02 Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. 03 Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. 04 Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s'entretenaient avec Jésus.

05 Pierre alors prend la parole et dit à Jésus :

- Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.

06 De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande.

07 Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre :

- Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !

08 Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.

09 Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts.

10 Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d'entre les morts ». (Mc 9, 2-10)


A. Où se situe le Mont Thabor ?

Le Mont Thabor se trouve sur le territoire de la tribu d'Issachar non loin de Nazareth, à environ 8 kilomètres à vol d'oiseau. Au nord-est, à environ 15 kilomètres à vol d'oiseau, nous trouvons  ים כנרת Iam Kinneérète la mer de Kinneret nommée aussi  lac de Genézareth, mer de Galilée ou lac de Tibériade.

Si notre pèlerinage nous conduit un jour en Galilée, et que nous nous rendions au הר תבור Har Tabor Mont Thabor, cette montagne nous surprendra par sa forme régulière demi-sphérique, une montagne de forme parfaite comme notre Père céleste est parfait.

Son apparence boisée très douce contribuent à créer en nous une certaine émotion en la contemplant. Elle se gravit facilement, puisqu'elle n'a que 588 mètres d'altitude. La tradition veut que ce mont soit associé au Mont de la Transfiguration dont nous possédons trois récits dans Mt 17, 1-9, Mc 9, 2-9 et Lc 9, 28-36. En effet, ces trois textes ne parlent pas du nom de la montagne. Il est vraisemblable que Jésus, l'homme de Galilée ait effectivement connu la transfiguration sur le mont Thabor, la seule proéminence digne de ce nom dans cette région et très proche des lieux qu'il avait l'habitude d'arpenter.

Il ne serait pas étonnant que Dieu ait choisi cette montagne pour révéler au monde que Jésus est le messie puisque c'est là que Dieu réalise trois miracles pour Jésus et ses disciples Pierre, Jacques et Jean.

145138-2-montons-nous-aussi-sur-le-mont-thabor-le-mont-de-la-transfiguration


B. Le premier miracle ressemble à un des signes vécus par Moïse sur le Mont Sinaï.

Lorsque Moïse gravit la montagne du Sinaï pour recevoir les dix commandements, que fit-il ?

Il parla avec Dieu et vécut en sa Présence. Moïse ne le savait pas, mais lorsqu'il descendit rejoindre le peuple d'Israël quelque chose de particulier lui arriva. Ecoutons :

« Et l'Eternel passa devant lui, et s'écria: L'Eternel, l'Eternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l'iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième génération! Aussitôt Moïse s'inclina à terre et adora. Il dit: Seigneur, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, que le Seigneur marche au milieu de nous... » (Ex 34, 6-9)

L'action se poursuit. Dieu révèle des choses très importantes, il faudrait s'y intéresser de près, mais ce qui arriva après ces quarante jours de jeûne de Moïse arriva aussi à Jésus. Le rayonnement du visage de Moïse, le rayonnement des vêtements de Jésus Ecoutons à nouveau :

« Moïse fut là avec l'Eternel quarante jours et quarante nuits. Il ne mangea point de pain, et il ne but point d'eau. Et l'Eternel écrivit sur les tables les paroles de l'alliance, les dix paroles. Moïse descendit de la montagne de Sinaï, ayant les deux tables du témoignage dans sa main, en descendant de la montagne; et il ne savait pas que la peau de son visage rayonnait, parce qu'il avait parlé avec l'Eternel. » (Ex 34, 28-29)

Ainsi, de la même manière, « Jésus fut transfiguré devant ses apôtres Pierre, Jacques et Jean. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. » (cf Mc 9, 2-3)


C. Le deuxième miracle ressemble à un des signes donnés par Dieu lors du baptême de Jésus.

Le deuxième miracle est celui d'une théophanie. Dieu n'apparaît pas, mais Il prononce cette parole : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » (Mc 9, 7)

Cette voix qui se fait entendre est un signe que Dieu donne à Pierre, Jacques et Jean et à Jésus.

Jésus est un être de louange. Si le Père, le Fils et le Saint-Esprit vivent dans une telle harmonie, une telle plénitude, un tel respect et désir de valoriser chacune des autres personnes de la Trinité c'est pour que nous nous inspirions de leur manière de vivre et de communiquer. Dans notre relation les uns avec les autres, la Sainte Trinité est le modèle de la perfection.

Jésus, qui comme beaucoup de Juifs pieux devait connaître les psaumes par coeur, ne devait certainement pas ignorer le psaume 89 non plus, car précisément il est associé à la grandeur de notre Seigneur et à la gloire de Sa puissance. Or dans ce psaume il est question du Mont Thabor : « C'est à toi qu'appartiennent les cieux et la terre, C'est toi qui as fondé le monde et ce qu'il renferme.  Tu as créé le nord et le midi; Le Thabor et l'Hermon se réjouissent à ton nom. Ton bras est puissant, Ta main forte, ta droite élevée. La justice et l'équité sont la base de ton trône. La bonté et la fidélité sont devant ta face.  Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette; Il marche à la clarté de ta face, ô Eternel! Il se réjouit sans cesse de ton nom, Et il se glorifie de ta justice. Car tu es la gloire de sa puissance; C'est ta faveur qui relève notre force. Car l'Eternel est notre bouclier, Le Saint d'Israël est notre roi. » (Ps 89, 12-19)

Comme nous venons de l'entendre, nous voyons que nous pouvons appliquer à Jésus extrait du psaume 89 :

« Jésus, Ton bras est puissant, Ta main forte, ta droite élevée. Ta justice et l'équité sont la base de ton trône. La bonté et la fidélité sont devant Ta face. Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette; Il marche à la clarté de ta face ! Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette; Il marche à la clarté de ta face, ô Eternel! Il se réjouit sans cesse de ton nom, Et il se glorifie de ta justice. Car tu es la gloire de sa puissance; C'est ta faveur qui relève notre force. Car l'Eternel est notre bouclier, Le Saint d'Israël est notre roi. » (Ps 89, 12-19)

Ce Psaume dit en substance que le peuple marche à la clarté du Visage de Dieu, à la clarté du visage du Christ, à la clarté que nous offre Sa Présence et même les vêtements de Jésus.


D. Le troisième miracle, le troisième signe inaugure un dialogue entre Jésus, Moïse et Elie.

« Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s'entretenaient avec Jésus. » (Mc 9, 4)

Ces trois hommes ont tous touché la Présence de Dieu, ils ont tous parlé avec Dieu. Il n'est donc pas étonnant qu'ils désirent parler ensemble et que peut-être, Jésus communique des choses importantes à Elie et Moïse. Par exemple, comment Dieu par le fiat de la vierge Marie, c'est-à-dire par son « oui » à la Parole de l'ange, - « Je suis la servante du Seigneur; qu'il me soit fait selon ta parole! » (Lc 1, 37) - comment ce « oui » va permettre que Jésus naisse et sauve les hommes. Notre Dieu attend aussi notre « oui » pour la mission qu'il nous confie sur la terre. Elle accomplira davantage que ce que nous pensons ou imaginons.

Jésus sera l'agneau de Dieu. Par son sacrifice et ses douleurs, par son sang versé, par ce grand amour qu'il a déversé sur nous à ce moment de l'histoire humaine et continue de déployer sur nous à chaque instant de notre vie, par la Croix, il enlève le péché du monde, il prend sur Lui mon péché pour m'en délivrer ! Voilà ce que Dieu réalise pour l'humanité. Qu'il ne se passe pas un seul jour de ma vie sans que je ne Le remercie pour tant d'amour déployé à mon égard :

Merci Jésus pour Ton sacrifice à la Croix, pour la rédemption du monde. Pour ma rédemption et mon bonheur Tu as souffert le martyre... Jésus. Merci.

Voilà peut-être, les explications que Jésus a données à Moïse et Elie leur dévoilant ainsi le plan de son Père. Ce plan se nomme l'économie du salut, c'est-à-dire le moyen par lequel Dieu est intervenu dans l'histoire du monde pour sauver les hommes.


E. Trois miracles, trois signes, dons de Dieu pour nous aujourd'hui.

Voici le premier : « Jésus fut transfiguré devant ses apôtres Pierre, Jacques et Jean. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. » (cf Mc 9, 2-3)

Voici le deuxième miracle, le deuxième signe, celui de Dieu qui révèle l'identité de Jésus : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » (Mc 9, 7)

Voici le troisième miracle, le troisième signe : « Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s'entretenaient avec Jésus. » (Mc 9, 4)

Jésus est notre lumière. Il vient nous éclairer dans tous les actes de notre vie, Il est toujours là pour nous rendre lumineux et joyeux 

Comme Dieu veut que nous écoutions ses révélations par la voix de Moïse, Dieu veut aussi que nous écoutions Son Fils, son unique, Celui en qui il a mis toute son affection. Dieu se communique dans l'amour. L'amour communique Dieu.

Comment nous entretenons-nous les uns les autres ? Le ton de notre voix, les sujets que nous partageons glorifient-ils le Créateur ? Lorsque nous parlons avec respect et humilité, lorsque notre désir est d'accomplir ce que Dieu voudrait, alors nous sommes dans la Présence de Dieu, nous marchons avec Dieu.


F. Montons, nous aussi sur le Mont Thabor.

« Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants. » (Ps 116, 9)

Gravir une colline ou un mont demande un plus gros effort. Pour atteindre le Mont de la Transfiguration ou tout autre montagne ou colline, les disciples ont marché en compagnie du Maître. Retrouvons ce que Jésus et ses disciples pratiquaient, l'art de marcher, mais aussi et l'art de communiquer en marchant.

« Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants. » (Ps 116, 9) nous dit le psaume 116.

Un couple se regarde, les yeux dans le yeux, une communion s'établit. Un couple marche la main dans la main, ils regardent ensemble dans la même direction. Là aussi une communion s'établit.

Se regarder l'un l'autre existe en français. Se marcher l'un l'autre existe en hébreu. Cette expression signifie que la marche nous rend présents à nous-mêmes et à Dieu. « Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants. » (Ps 116, 9) nous dit le psaume 116. Cette marche cependant n'est pas anodine : « אֶתְהַלֵּךְ Je marcherai conscient de ma marche, devant le יְהוָ֑ה tétragramme (l'Eternel ou le Seigneur) בְּ֝אַרְצ֗וֹת dans les pays (les terres) הַֽחַיִּֽים des vivants. » (Ps 116, 9) dit plus précisément le texte hébreu. Je marcherai conscient de nos présences réciproques comme on marche en couple d'amoureux.

Quant à la version grecque de la Bible des LXX, elle a choisi de traduire l'hébreu avec les mots grecs les plus adéquats possible, voilà ce qu'elle dit  : « Je serai agréable devant le Maître (je plairai au Seigneur) dans le pays de ceux qui sont en train de vivre » (Ps 114, 9 LXX) Nous pourrions aussi traduire : « Je me complairai avec le Seigneur », c'est-à-dire que « je trouverai ma satisfaction en me trouvant en compagnie du Seigneur dans le pays des vivants. » (Ps 114, 9 LXX)

Avec Jésus, nous sommes en vis-à-vis, nous nous écoutons, nous marchons ensemble. Avec Jésus, nous allons ensemble dans une même direction. Quel que soit le lieu où nous allons, nous marchons dans le sens du désir de Jésus, en tout, nous agissons dans le but de plaire à Jésus. Voilà notre motivation. Elle nous fera accepter et aimer même certains labeurs plus difficiles par amour de Jésus et des êtres humains. Une aide infirmière qui lave un malade dont les besoins naturels se sont répandus sur le lit devra prendre une demi-heure pour s'occuper du vieillard, nettoyer et changer sa couche. Son travail aura un grand prix aux yeux de Dieu et elle ne perdra pas sa récompense. Voilà une femme qui sait mettre en pratique cette parole de Dieu : « Je plairai au Seigneur dans le pays de ceux qui sont en train de vivre » (Ps 114, 9 LXX)

Marcher avec quelqu'un, c'est passer du temps avec lui... Marcher avec Dieu, c'est vivre un temps de prière où tous nos sens sont aiguisés et où nous sommes capables de réceptivité, mais aussi d'émissivité dans la louange et l'action de grâce.

Contemplons ce que le Seigneur nous donne à admirer dans la marche, dans l'écoute d'une de Ses paroles, dans le gazouillis de quelques oiseaux, nous revivons Sa présence qui pacifie et régénère. « Nous marcherons en présence du Seigneur sur la terre des vivants. » (cf Ps 116, 9) Au sommet du mont, Dieu nous attend et avec Lui d'autres surprises. Demandons-le à Pierre Jacques et Jean, ils ne démentiront pas. Moïse aussi vous le dira...


G. Au sommet des montagnes, Dieu parle.

Au sommet des montagnes Dieu parle. Il a parlé sur le Mont Sinaï où il a donné les dix paroles ou dix commandements. Il a parlé sur le mont Thabor où Dieu a dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » (Mc 9, 7) Dieu nous parlera à nous aussi. Ouvrons les Ecritures au sommet de la montagne ou de la colline la plus proche de chez nous. Dieu nous parlera.

L'Esprit Saint aussi nous parlera. Dans le silence de ces lieux parfois habités par la voix du vent, le Seigneur nous dira quelque chose de personnel, un secret que nous garderons dans notre coeur, une parole de sagesse, un enseignement, un mot d'ordre, un changement d'orientation, un événement à programmer, une attitude à changer, un cadeau à donner, une action à mener, une expérience à vivre. Dieu est la vie. Au sommet de la montagne nous trouverons Dieu et Sa présence qui change tout... Dieu qui nous parlera et nous bénira.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader