L'importance de nos paroles

L'importance de nos paroles

L'IMPACT DE NOS PAROLES SUR NOUS-MÊMES

« La mort et la vie sont au pouvoir de la langue : vous aurez à vous rassasier des fruits que votre langue aura portés ». (Proverbes 18.21)

Jésus nous avertit de l'importance de la parole :

« Je vous le dis : Au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole inutile qu'ils auront prononcée ». (Matthieu 12.36-37)  

En effet, d'après tes paroles tu seras déclaré juste et d'après tes paroles tu seras condamné. La langue est une immense puissance pour le bien ou le mal. Elle fait vivre et elle fait mourir.

La Parole de Dieu est créatrice ; cependant il est écrit dans la Parole « puis Dieu dit : faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur toute la terre » (Genèse 1 : 26-27). Nous sommes donc créés à l'image de Dieu, alors nos paroles sont aussi créatrices, du bien ou du mal.

LA PAROLE CRÉATRICE DE DIEU

Par sa Parole, Dieu a créé la terre, la vie, l'Univers

« Dieu, par sa Parole, a créé autrefois le ciel et la terre ». (2 Pierre 3.5)

« Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut ». (Genèse 1.3)

Par la foi, nous comprenons que l'univers a été harmonieusement organisé par la parole de Dieu, et qu'ainsi le monde visible tire son origine de l'invisible.

Après son acte de création initial, Dieu n'a pas abandonné l'Univers, la terre, les êtres vivants, dont l'homme, à eux-mêmes, mais il continue à veiller, par sa Parole, à l'équilibre et à la bonne marche du monde crée.

« Le Fils soutient toutes choses par sa parole puissante… » (Hébreux 1.3). Le Fils est, en effet, le Logos (la Parole ou le Verbe) de Dieu (Jean 1.1). « Son nom est la Parole de Dieu » (Apocalypse 19.13).

La Parole de Dieu est vie et guérison parmi les hommes

- La Parole de Dieu est agissante sur terre et parmi les êtres humains : « Il en va de même pour ma parole, celle qui sort de ma bouche : elle ne revient pas à moi sans effet, sans avoir fait ce que je désire et rempli la mission que je lui ai confiée ». (Ésaïe 55.11)

- La Parole de Dieu peut briser toute résistance charnelle en l'homme et le purifier : « Ma parole n'est-elle pas comme un feu, déclare l'Éternel, comme un marteau qui brise le roc ? » (Jérémie 23.29)

- La Parole de Dieu est vie : « La semence, c'est la Parole de Dieu ». (Luc 8.11)

« Car vous êtes nés à une vie nouvelle, non d'un homme mortel, mais d'une semence immortelle : la Parole vivante et éternelle de Dieu ». (1 Pierre 1.23)

« Les paroles que je vous ai dits, sont Esprit et vie ». (Jean 6.63)

Enfin dans (Jean 6.68) : Pierre dit à Jésus qu'il a les Paroles de la vie éternelle.

- La Parole de Dieu sanctifie :

« Vous avez déjà été purifiés grâce à la parole que je vous ai enseignée ». (Jean 15.3)

L'apôtre Paul déclare que Jésus purifie l'Église par sa Parole (Éphésiens 5.26).

A l'image des Paroles de Dieu, nos paroles sont agissantes et créatrices. Elles souillent ou elles sanctifient, elles donnent la mort ou la vie.

EFFETS DE NOS PAROLES SUR NOUS-MÊMES

Notre langue dirige notre vie

Nos paroles peuvent nous donner la vie et la mort, et aussi aux autres.

- Notre parole est comme le mors qui dirige la course du cheval : « De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! » (Jacques 3 :3-5). Jacques, le demi-frère de Jésus, compare le mors du cheval à la langue : de même que le mors du cheval dirige cet animal puissant, de même notre langue dirige notre vie : Quand nous mettons un mors dans la bouche des chevaux, pour qu'ils nous obéissent, nous dirigeons aussi tout leur corps. Il en va de même pour la langue. Notre langue nous influence et nous dirige. Nous allons dans la direction balisée par nos paroles.

- Notre parole est comme le gouvernail d'un bateau : le gouvernail dirige la petite barque, ainsi que les plus gros paquebots et cargos. « Voici, même les navires, qui sont si grands et que poussent des vents impétueux, sont dirigés par un très petit gouvernail, au gré du pilote » (Jacques 3 :4-5)

Pensez encore aux bateaux : même s'il s'agit de grands navires et s'ils sont poussés par des vents violents, il suffit d'un tout petit gouvernail pour les diriger au gré du pilote…  Il en va de même pour la langue… Nos paroles sont comme le gouvernail de notre vie. Nos paroles sont puissantes et créatrices, elles contrôlent notre vie.

Elles nous conduisent vers l'échec ou la réussite, vers la défaite ou le succès, vers la malédiction ou la bénédiction.

Nous allons psychiquement, moralement et spirituellement dans la direction de nos paroles. Nous devenons ce que nous disons.

Notre évolution intérieure et par conséquent extérieure est déterminée par nos pensées.

Nous vivons aujourd'hui ce que nous avons proclamé hier, et nous vivrons demain ce que nous confessons aujourd'hui.

Les vents impétueux de nos émotions sont dirigés par le gouvernail de nos paroles. On peut retenir que celui qui veut orienter sa vie dans une certaine voie, doit d'abord verbaliser cette voie.

Quand nous rêvons nos projets, quand nous voyons notre destinée par la foi, le Saint Esprit réalise ce que nous espérons et anticipons ; c'est un acte de foi. « Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne : Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir ». (Marc 11 :23)

La langue négative :

- Notre langue est comme un feu : « De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! » (Jacques 3 :5-6)

La langue aussi est un feu ; c'est tout un monde de mal. Elle est là, parmi les autres organes de notre corps, et contamine notre être entier. Allumée au feu de l'enfer, elle enflamme toute notre existence.

Un tout petit feu causé par un mégot mal éteint, peut finir par brûler des milliers de hectares de forêts, de champs de blé, de maïs, de vignes, de vergers… avec les villages qui s'y trouvent blottis.

Notre langue aussi est un feu. Elle peut causer les mêmes catastrophes sur le plan moral, mental et spirituel.

- Nos paroles mauvaises nous nuisent et nous détruisent : « La bouche de l'insensé cause sa ruine, Et ses lèvres sont un piège pour son âme ». (Proverbes 18 :7)

« …mais la langue, aucun homme ne peut la dompter ; c'est un mal qu'on ne peut réprimer ; elle est pleine d'un venin mortel ». (Jacques 3 :8)

Des paroles malhonnêtes, malveillantes, mensongères, de critique négative empoisonnent notre âme, créent des maladies psychosomatiques, des dépressions, des névroses et des psychoses de toutes sortes.

- Nos paroles créent ce que nous proclamons : « Ayant appelé à lui la foule, il lui dit : Ecoutez, et comprenez. 11Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme ; mais ce qui sort de la bouche, c'est ce qui souille l'homme… » (Matthieu 15 :10-11)

Celui qui aura exprimé des paroles pécheresses, et coupables, sera ensuite plus pécheur et plus coupable. Celui qui proclame des paroles impures sera plus impur.

« Mais ce qui sort de la bouche vient du coeur, et c'est ce qui souille l'homme. Car c'est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies… » (Matthieu 15 :18-20) Voilà ce qui rend l'homme impur.

Après chaque parole, l'homme est un peu plus ce qu'il a proclamé.

Celui qui aura mal parlé du prochain, aura ensuite plus de mal à l'aimer et à en avoir une opinion bienveillante.

Celui qui aura exprimé des paroles de colère, sera plus colérique ; celui qui aura proféré des paroles d'incrédulité, sera plus incrédule ; celui qui aura prononcé des paroles impures, sera plus impur ; sera qui aura prononcé des paroles d'avarice, d'orgueil, d'envie, de jalousie, de mépris… sera plus cupide, orgueilleux, envieux, jaloux, méprisant.

- Le négativisme, le pessimisme et l'incrédulité sabotent la vie chrétienne : Lorsque nous sommes négatifs nous nous enfonçons spirituellement et aussi les autres.

Prenons cet exemple de langage négatif : Je ne réussirai pas, je ne m'en sortirai pas, Dieu n'exauce pas mes prières ; ces promesses ne sont pas pour moi parce que je ne suis pas assez spirituel et pas assez sanctifié ; je ne sais pas si Dieu m'aime, s'il est fidèle avec moi ; Dieu m'a abandonné, Dieu m'a oublié, le christianisme ne fonctionne pas, je ne guérirai pas, bientôt je serai mort, je vais mourir jeune comme…

« Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent ; puis le diable vient, et enlève de leur coeur la parole, de peur qu'ils ne croient et soient sauvés ». (Luc 8 :12)

Quand le diable nous inspire ces pensées d'échec, rejetons-les vigoureusement au nom de Jésus notre Rédempteur ! Gardons-nous de dire la moindre parole incrédule, de crainte, de découragement, de désespoir…

Ces paroles détruisent notre communion avec Dieu, rongent notre vie de prière, notre paix et notre joie et nous font vivre dans la défaite et la misère spirituelles.

« La langue douce est un arbre de vie, Mais la langue perverse brise l'âme ». (Proverbes 15 :4)

« C'est du fruit de sa bouche que l'homme rassasie son corps, C'est du produit de ses lèvres qu'il se rassasie ». (Proverbes 18 :20) Chacun goûtera à satiété les (bons ou mauvais) fruits de ses paroles et portera les conséquences de ce que ses lèvres auront prononcé.

La langue positive :

« Par le fruit de la bouche on jouit du bien ; Mais ce que désirent les perfides, c'est la violence ». (Proverbes 13 :2) : Grâce au fruit de la bouche on jouit du bien.

- Homologuer la Parole de Dieu : L'homme doit dire ce que Dieu a dit, dire de même… Nos paroles doivent homologuer les Paroles de Dieu.

- Nos paroles sont puissantes et agissantes si nous disons ce que Dieu a dit : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé ».

(Romains 10 :9) : Si nous affirmons de Jésus ce que Dieu en a dit, nous serons sauvés.

« Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom ». (Hébreux 13 :15) : … le fruit de lèvres qui confessent (qui homologuent) son nom…

« C'est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 10 :32) : Quiconque me confessera (m'homologuera) devant les hommes, je le confesserai (l'homologuerai) aussi devant mon Père qui est dans les cieux.

« Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père ». (1 Jean 2 :23) : … qui confesse (homologue) le Fils a aussi le Père…

« Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu »

(1 Jean 4 :2) : Tout esprit qui confesse (homologue) Jésus-Christ venu en chair, est de Dieu.

« Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu ». (1 Jean 4 :15) Quiconque confesse (homologue) que Jésus est le Fils de Dieu, demeure en lui et lui en Dieu. Confesser Jésus, c'est dire de Jésus ce que Dieu en dit. Nous devons donc confesser, proclamer les Paroles de Dieu, les saintes promesses de Dieu. Ce qui est sorti de la bouche de Dieu, doit aussi sortir de notre bouche.

Par contre, tout ce qui n'est pas de Dieu ne doit pas sortir de notre bouche : les dieux étrangers, les divinités païennes ne doivent pas être nommés par les croyants. « Vous observerez tout ce que je vous ai dit, et vous ne prononcerez point le nom d'autres dieux : qu'on ne l'entende point sortir de votre bouche ». (Exode 23 :13)

 « Je serai ton fiancé pour toujours ; je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde » (Osée 2 :19).

Même la cupidité, la convoitise idolâtre des séductions de ce monde ne doivent pas occuper notre pensée ou notre imagination. « Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité ». (Éphésiens 4.29). Il ne doit sortir de notre bouche aucune parole mauvaise.

« Que l'impudicité, qu'aucune espèce d'impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints. Qu'on n'entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance ; qu'on entende plutôt des actions de grâces ». (Éphésiens 5 :3-4) : Que l'impudicité, qu'aucune espèce d'impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints. Qu'on n'entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance.

Parler de la conduite abominable des gens du monde, se nourrir des faits divers sexuels ou pornographiques souille l'âme, ouvre des fenêtres et des portes à ces péchés et à des démons et souille la terre entière. Si nous écoutons, lisons, voyons et racontons des histoires immorales, dépravées, impudiques, vicieuses… nous devenons ce que nous écoutons, lisons, regardons ou racontons.

Que personne ne se nourrisse d'obscénités, car on devient ce qu'on mange.

- Des paroles positives nous orientent dans la direction que nous proclamons :

Celui qui, rejetant par la force du Saint Esprit ses pensées fourbes et injustes, prononce des paroles de vérité, de droiture et de justice, aura ensuite plus de facilité à marcher dans la voie de la vérité, de la droiture et de la justice. Chaque victoire rend la suivante un peu plus facile. Nos victoires sont cumulatives.

Prière : 

Seigneur Jésus, merci car tu as des projets de grâce et de bénédiction pour moi, mon avenir est dans tes mains, tu es ma paix, ma force, ma raison de vivre… Tu me bénis, ta grâce se renouvelle chaque matin, ton regard veille constamment sur moi, tu me protèges nuit et jour, ma force augmente pendant la marche, tu renouvelles mes forces et je cours sans me lasser, je marche sans me fatiguer, tu me donnes la force du buffle. Amen.

- Nos paroles positives nous transforment : « C'est du fruit de sa bouche que l'homme rassasie son corps, C'est du produit de ses lèvres qu'il se rassasie ». (Proverbes 18 :20) : Chacun goûtera à satiété les (bons ou mauvais) fruits de ses paroles et portera les conséquences de ce que ses lèvres auront prononcé. Si nous parlons positivement notre foi est fortifiée, nous avons une bonne communion avec Dieu, la Bible nous parle et nous vivons dans la victoire.

- Pour contrôler ses paroles, il faut contrôler ses pensées : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées ». (Philippiens 4 :8)

Ne nous décourageons pas si notre confession positive de la Parole de Dieu n'est pas suivie immédiatement de grands changements dans notre vie. Persévérons : « Soyez donc patients, frères jusqu'à l'avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu'à ce qu'il ait reçu les pluies de la première et de l'arrière-saison » (Jacques 5 :7)

Prière :

Seigneur Jésus je te demande pardon pour mes innombrables paroles et proclamations négatives et coupables par lesquelles j'ai fait du tort à autrui et à moi-même. Veuille s'il te plait me purifier de tous les péchés de la langue.

Éternel, je t'ai appelé ! Viens en hâte à mon secours ! Prête l'oreille à ma voix quand je crie à toi !

Considère ma prière comme de l'encens placé devant toi, et mes mains tendues vers toi comme l'offrande du soir.

Que ma bouche, ô Éternel, reste sous ta surveillance ! Veille aux portes de mes lèvres !

Ne me laisse pas tendre vers le mal, de peur que je commette des actions perverses avec ceux qui font le mal, ou que je prenne part à ce dont ils se repaissent ! (Psaumes 141 :1-4)

Seigneur j'ai confiance en toi, je confesse que tu es bon, juste, saint et fidèle. Je confesse que tu m'aimes, que tu me connais par mon nom et que tu prends soin de moi. Tu es pour moi le Bon Berger, tu me conduis près des eaux paisibles, tu restaures mon âme.

Je confesse que ta parole est la Vérité, que tes promesses sont vraies, que tu entends mes prières.

Je proclame que tu es ma sagesse, ma justice, ma sanctification et ma rédemption. Je suis justifié, gracié et lavé par le sang de la croix. C'est toi qui m'as appelé, tu es fidèle et c'est toi qui le feras.

Je confesse que tu me conduis dans les sentiers bénis de la vie, de la paix et de la joie.

Amen.

P/ Les amis du Saint Sacrement


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

3 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

LES AMIS DU SAINT SACREMENT