Jour 9 - La passion de Bernadette

Jour 9 - La passion de Bernadette


Histoire de Bernadette

Voilà Bernadette très affaiblie maintenant. Ces derniers mois au couvent ont été une grande souffrance physique même si elle faisait tout pour ne pas se plaindre. A partir du 11 décembre 1878, Bernadette ne quittera plus son lit ou le fauteuil-chaise longue à proximité.  En plus de son asthme chronique, elle avait une terrible douleur au genou qui immobilisait sa jambe et provoquait des douleurs intenses. Il était donc très dur pour elle de trouver une position confortable, du moins où la douleur est supportable. Durant les longues et douloureuses nuits les religieuses la veillent à tour de rôle. Sr. Marie-Bernard ne voulait pas déranger. Elle était préoccupée par le sommeil de la veilleuse et demandait même à ce que cette dernière dorme.

Le 28 mars 1879, Bernadette reçoit l'extrême onction pour la 4ème fois. Les jours passent et son corps est très faible et complètement abimé par la souffrance. Pendant la semaine sainte, sa souffrance s'accentue, elle est vraiment unie à la passion du Christ dont l'Eglise fait mémoire chaque année. (cf. p242, vie de Bernadette, René Laurentin) Elle tient son crucifix.

Le jour de Pâques, elle a pu communier. On peut remarquer qu'elle ne cache pas sa souffrance. (cf p.244) Le lundi de Pâques, elle est toujours parmi les religieuses, mais la souffrance l'étreint. Bernadette a beaucoup de mal à respirer. Elle dit aussi : « je suis moulue comme un grain de blé. » Ce n'est pas la première fois mais des souvenirs d'enfance lui reviennent en mémoire comme en témoigne cette phrase.  Son cœur s'est arrêté le 16 avril 1879 à 15h après une très longue agonie et en tenant son crucifix bien fort dans ses mains. Jusqu'au bout Bernadette a tenu à remercier la Sainte Vierge et si elle ne pouvait pas le faire qu'une religieuse le fasse pour elle.

C'est ainsi que s'achève la vie de Bernadette. N'hésitons pas à recourir à sa protection. Elle a dit pendant sa passion : « je n'oublierai personne. » Nous pouvons retenir de Bernadette sa joie de vivre, son humilité, sa patience et bien-sûr le message que la Vierge lui a donné à Lourdes.

L'intention de prière

Dans les derniers moments de sa vie, Bernadette a connu la souffrance. Nous te confions Vierge Marie toutes les personnes qui souffrent de la solitude. Montre-leur ta présence maternelle. Merci très Sainte Vierge. 🙏

Pour achever cette prière, nous pouvons cliquer sur "je prie" et lire la prière de la neuvaine. Nous pouvons aussi déposer une intention de prière en cliquant sur le lien  👉 https://hozana.org/intentions/marie !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

95 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Neuvaine à Notre-Dame de Lourdes : confions nos malades