Fevrier 2021

Nous ferons du bien après notre mort


    « Vers la fin d'août 1864, une jeune fille de douze ans tombait malade d'une fièvre typhoïde bien caractérisée ; les soins les plus assidus des meilleurs docteurs n'empêchèrent point la maladie de faire de rapides progrès. Le 4 septembre, voyant que la tête commençait à être prise, je m'empressais de lui administrer les derniers sacrements, bien persuadé qu'elle n'avait plus longtemps à vivre. Les médecins finirent par avouer aux parents qu'ils ne conservaient pas grand espoir de la sauver. 

Je venais de la quitter, ne croyant plus la revoir, lorsqu'on vint m'annoncer que le bon Père Laval se trouvait plus malade ; j'accourus aussitôt pour assister aux derniers moments de notre cher Père.

    J'étais à ses pieds et je considérais la mort d'un Saint, lorsqu'il me vint à la pensée de demander à ce bon Père la guérison de ma pauvre malade, sitôt qu'il aurait rendu son âme à Dieu.

    Deux heures après, le Père Laval expirait. J'allai alors revoir la malade, lui annonçant que le Père Laval n'était plus ; je l'engageai à lui demander d'obtenir sa guérison. En même temps je lui remis un objet de piété qui avait touché aux mains de notre Saint. Elle eut assez de raison pour comprendre le sens de mes paroles, mais pas assez de force pour formuler une prière. Alors, sur mon invitation, les parents et les amis de la malade commencèrent aussitôt une neuvaine de prières.

    Quelques jours après, elle était convalescente, à l'étonnement des médecins et de tous ceux qui avaient suivi la maladie. On ne douta pas que cette guérison ne fût due à l'intercession du Père Laval ».


 Père Maistre CSSp

Témoignage donné en 1864


~ Prière ~

Pour les malades dont la vie touche à son terme


Père Jacques Désiré Laval,

Bienheureux serviteur de Dieu,

c'est avec confiance 

que nous pouvons nous tourner vers toi.


A ta prière, 

le Seigneur continue à faire des merveilles.


Il nous dit : viens !

Je t'emmène avec moi, 

le chemin va être long et difficile. 

Mais Je te promets l'essentiel, 

J'ai besoin de ta confiance, 

une confiance aveugle, 

une confiance absolue,

une confiance sans limite.


Parfois, 

tu ne verras plus rien, 

et tes pas se feront très hésitants ; 

mais Je serai là, 

toujours là, 

auprès de toi.


Le Bienheureux Père Laval,

l'Apôtre de l'Unité de l'Ile Maurice,

te l'a montré, 

tu peux Me faire confiance.


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader