Familiaris Consortio, Jean-Paul II, 1981, §32 : union et procréation

Familiaris Consortio, Jean-Paul II, 1981, §32 : union et procréation

L'extrait du texte

32. Dans le cadre d'une culture qui déforme gravement ou qui va jusqu'à perdre la signification véritable de la sexualité humaine, en l'arrachant à sa référence essentielle à la personne, l'Eglise découvre de façon urgente et irremplaçable sa mission de présenter la sexualité comme valeur et engagement de toute la personne, créée, homme et femme, à l'image de Dieu.

Dans cette perspective, le Concile Vatican II a clairement affirmé que «lorsqu'il s'agit de mettre en accord l'amour conjugal avec la transmission responsable de la vie, la moralité du comportement ne dépend pas de la seule sincérité de l'intention et de la seule appréciation des motifs; mais elle doit être déterminée selon des critères objectifs, tirés de la nature même de la personne et de ses actes, critères qui respectent, dans un contexte d'amour véritable, la signification totale d'une donation réciproque et d'une procréation à la mesure de l'homme; chose impossible si la vertu de chasteté conjugale n'est pas pratiquée d'un cœur loyal».

C'est en partant de la « vision intégrale de l'homme et de sa vocation, non seulement naturelle et terrestre, mais aussi surnaturelle et éternelle», que Paul VI a affirmé que la doctrine de l'Eglise «est fondée sur le lien indissoluble, que Dieu a voulu et que l'homme ne peut rompre de son initiative, entre les deux significations de l'acte conjugal: union et procréation». Et il a conclu en réaffirmant qu'il y a lieu d'exclure, comme intrinsèquement mauvaise, «toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation».

(La mise en gras n'est pas dans le texte original)

L'engagement spirituel

Nous vous invitons à intensifier votre engagement spirituel en rejoignant l'agenda spécialement créé à cet effet

Vous pouvez sur cet agenda choisir les jours où vous allez faire ce que vous avez décidé : temps de prière, adoration, jeûne, messe, pèlerinage… Chacun peut trouver ce qui lui convient le mieux, ponctuellement ou sur la durée. Cet agenda court jusqu'au 15 janvier.

Le Seigneur compte sur nous tous !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Loi bioéthique : prions pour la vie humaine avec les papes