Facebook PixelJour 3 : La victoire sur le farouche guerrier et l'archétype de la battante - Hozana

Jour 3 : La victoire sur le farouche guerrier et l'archétype de la battante

Jour 3 : La victoire sur le farouche guerrier et l'archétype de la battante

Nous avons vu le dénouement de l'histoire avec une Action de Grâce générale.

La vie de Judith reprend son cours. Elle choisit de rester veuve et de demeurer dans sa propriété. Elle vivra jusqu'à 105 ans et la paix est revenue en Israël. La paix et l'harmonie qui se dégagent au dénouement de l'histoire contrastent fortement avec le début du récit.

Ce n'est pas par la force que la victoire est emportée, mais bien par la foi dans le Dieu d'Israël. Judith se sert non pas de sa force mais de sa beauté. Elle sait que Dieu lui a fait don de la beauté et l'investit dans sa lutte. Elle doit lutter avec ses moyens qui sont les siens, elle est consciente de sa dignité.

Si la battante est bien une dimension importante chez la femme, elle ne peut pas s'y investir totalement sans perdre le contact avec les autres aspects de sa nature féminine. Le risque de la battante est de s'en prendre à tout le monde ou de ne pas vivre selon sa propre personnalité mais la valeur qu'on lui accorde ou qu'on lui refuse.

Mais alors comment mener mes combats ? Une condition favorable est de bénéficier d'un bon équilibre, d'être consciente de sa propre valeur, et être certaine d'avoir trouvé son orientation. Une autre condition est de lutter avec un autre. Lorsque je lutte avec autrui, mes forces croissent. Je prends conscience de ma valeur. J'assume le défi et la lutte. L'autre m'aide à me protéger contre mes vulnérabilités, il m'éclaire sur la justesse de mon combat.

Le combat est ponctuel et non perpétuel, ce qui évite l'épuisement. Combattre implique de trouver une solution sinon le combat est absurde et risque de nous isoler parce que nous ne trouvons pas de volontaire pour se laisser entrainer dans une lutte inutile.

Dans l'histoire de notre vie, bien des aspects demeurent sensibles et il faut du courage pour avouer notre vulnérabilité. La considérer est source de vitalité et nous permet de nous protéger.

Dans quelle circonstances avez-vous vécu l'archétype de la battante ? En quoi cela vous a-t-il aidé à maitriser votre vie ?

Seigneur je te confie les combats que j'ai déjà menés,

Je rends grâce pour tout ce que tu as déjà accompli pour moi,

Je te demande du discernement pour la justesse de mes combats, accepter l'aide qui m'est proposée.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader