« C'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous »

« C'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé. » (Mt 10, 17-22)

Heureux les persécutés

Qui ne sait combien l'on juge plus pénible d'être en butte à des machinations que d'être aimé ? Et pourtant, c'est le caractère apparemment pénible qui va souvent jusqu'à devenir cause de bonheur dans cette vie, comme l'Écriture le montre à propos de Joseph (cf. Gn 37–45) : ses frères ourdirent contre lui des machinations et le chassèrent loin de leur compagnie, puis ils le vendirent ; mais c'est grâce à cela qu'il fut proclamé roi de ceux qui avaient ourdi des machinations contre lui : peut-être ne serait-il jamais parvenu à une si haute dignité si la jalousie ne lui avait pas ouvert la route de la royauté à cause de ces machinations. Si donc quelqu'un, doué de la connaissance de l'avenir, avait fait à Joseph cette prédiction : « Ce sont des machinations ourdies contre toi qui te rendront heureux », il n'aurait pas de prime abord reçu la confiance de son auditeur, occupé à contempler l'amertume du présent ; car il n'aurait pas cru possible que le terme d'une entreprise mauvaise fût annoncé comme un bien !

De même, là aussi, la persécution dont les tyrans affligent les fidèles, qui est très douloureuse à ressentir, rend difficile à admettre par les plus charnels l'espérance du Royaume, qui leur est promise pour leurs souffrances. Mais le Seigneur rappelle aux plus faibles quel est le terme de la lutte, pour que l'espérance du Royaume les rende facilement victorieux des souffrances qu'ils ressentent momentanément.

Voilà la raison de la joie du grand Étienne au milieu du cercle de ceux qui le lapident.


St Grégoire de Nysse

Saint Grégoire de Nysse († 394) est, avec son frère Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, l'un des trois Cappadociens qui constituent un sommet de la théologie au IVe siècle. / Les Béatitudes, 8, 3, trad. J.-Y. Guillaumin, Paris, Migne, 1995, Les Pères dans la foi 10, p. 108-109.


Téléchargez gratuitement l'Application Magnificat sur votre smartphone ou tablette et priez chaque jour avec Magnificat (le premier mois est gratuit) en cliquant ici.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader