Facebook PixelRécit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC - Hozana

Récit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC

( 11 )      RÉCIT DES APPARITIONS, la grande semaine (suite)

Le samedi 8…

Pendant que les habitants de Keranna venaient voir eux-mêmes, avec les autres témoins, l'image qui avait été trouvée pendant la nuit, les deux hommes refirent le même voyage que la veille, en se disant que, cette fois-ci du moins, on ne refuserait pas de les croire, puisqu'ils apportaient une preuve décisive de la volonté de Dieu.

 A Pluneret, Nicolazic montra au recteur les pièces d'argent que celui-ci n'avait pas encore vues et lui raconta en détail la découverte qu'il venait de faire dans son champ devant témoins. - Nous étions six, lui dit-il, et Lézulit ici présent était avec nous. - Lézulit, prenant la parole à son tour, confirma le récit de Nicolazic.

 Missire Roduez les écouta l'un et l'autre. Au fond que pensait-il de tous ces événements ? - Toujours est-il qu'il se montra incrédule ; il fut même plus intraitable que jamais ; il s'emporta jusqu'à qualifier Nicolazic d'hypocrite ou d'imposteur. – « Les pièces d'argent, disait-il, c'est vous qui les avez supposées ; et quant au morceau de bois pourri que vous avez trouvé en terre, qu'est-ce que cela prouve, et que voulez-vous que j'en fasse ? ... C'est le diable qui est en tout cela ... »

 Dom Thominec, faisant écho aux invectives du recteur, ajouta qu'il fallait être un sot ou un fou pour accepter de telles extravagances.

 Il n'y a rien à faire ici, se dit Nicolazic. - Et il se retira respectueusement sans rien répliquer.

 Les deux paysans alors, continuant leur chemin jusqu'à Auray, se rendent chez M. de Kerloguen. Nicolazic trouvait opportun d'ailer annoncer la découverte au seigneur de sa tenue qui lui avait promis, le jour précédent, de fournir l'emplacement de la chapelle .

 M. de Kerloguen fut très ému de cette nouvelle ; mais, apprenant la façon dont les deux paysans avaient été éconduits par le recteur de Pluneret, il voulut que les Pères Capucins, qui avaient gardé la veille une réserve déconcertante, eussent eux-mêmes connaissance du fait nouveau.

 Ceux-ci écoutèrent ; mais ils ne changèrent pas leur manière de voir: à leur avis, il n'y avait toujours pas lieu de bâtir une chapelle.

 Au retour, et avant de rentrer chez eux, les deux amis voulurent revoir l'image plus à loisir, et ils passèrent par le Bocenno.

 Il y avait là en ce moment un grand nombre de personnes, entre autres deux prêtres venus tout exprès, dom Yves Richard, qui était du village, et dom Mazur, aumônier de la flotte royale qui avait relâché depuis peu dans les eaux du Morbihan. Là se trouvaient aussi deux religieux Capucins que le hasard seul semblait y avoir amenés.

 L'objet qui attirait l'attention de tous était la statue ; et maintenant qu'on l'avait nettoyée et lavée, il était facile de reconnaître encore, sur elle, quoique les extrémités en fussent détériorées par un long séjour dans le sol, les plis de sa robe, et même, chose étonnante, des couleurs « blanc et azur ». Elle mesurait environ trois pieds de haut et elle était faite d'un bois très dur.

 Les deux paysans la mirent débout sur le talus, et se retirèrent.

 Cette journée du 8 mars avait été pour Nicolazic très fatigante comme la veille ; et en somme, malgré le miracle de la nuit précédente, il ne semblait guère plus avancé dans ses projets. Maintenant que les Pères Capucins s'étaient déclarés, eux aussi, contre la construction d'une chapelle, il avait bien conscience que l'opposition du recteur serait plus invincible que jamais.


A suivre : Le dimanche 9

En ce mois de novembre consacré aux âmes du purgatoire :

Lien " Allumer des veilleuses pour nos défunts "

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader