Facebook PixelRécit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC - Hozana

Récit des apparitions de Ste Anne à Yvon NICOLAZIC

( 10 )         RÉCIT DES APPARITIONS, la grande semaine (suite)

La nuit du 7 au 8.

  - Ce soir-là, vers les onze heures, ses domestiques veillant encore dans la pièce voisine, Nicolazic récitait comme d'habitude son chapelet en attendant le sommeil.

 Soudain sa chambre se trouve toute éclairée comme elle l'avait été si souvent; sur la table apparaît un cierge dont la flamme brillait d'un éclat très vif ; et la Sainte se montrant aussitôt, arrête sur son messager un regard plein de douceur : l'heure attendue était arrivée. Sainte Anne dit d'une voix agréable et engageante : « Yves Nicolazic, appelez vos voisins, comme on VOUS a conseillé; menez-les avec vous au lieu où ce flambeau vous conduira, vous trouverez l'image qui vous mettra à couvert du monde, lequel connaitra enfin la vérité de ce que je vous ai promis. »

 Après ces paroles, sainte Anne disparaît, mais la lumière reste.

 Nicolazic, l'âme toute à la joie, se lève et s'habille à la lueur du flambeau qui semblait l'attendre.

 Quand il se dispose à sortir, le flambeau marche devant lui; une fois dehors, il voit que le flambeau lui-même l'a précédé. Il était déjà en route vers le Bocenno, lorsque tout à coup, se ravisant, le paysan se rappelle qu'on lui a dit de prendre des témoins. Il retourne donc sur ses pas, rentre chez lui, appelle Le Roux son beau-frère qui veillait encore, et lui commande de se munir d'une tranche. Puis tous deux, ils se mettent en mesure d'aller chercher les voisins : Jacques Lucas, François Le Bloennec, Jean Tanguy et Julien Lézulit.

 Tous s'empressèrent de répondre à cet appel. Cependant le flambeau brillait toujours, à la même place, et les deux beaux-frères ne tardèrent pas à le rejoindre.

 Les autres arrivaient aussi par derrière, pressés de voir eux-mêmes le cierge mystérieux. Où donc est-il ? demandèrent les quatre paysans, Nicolazic le montra du doigt : deux d'entre eux l'aperçurent aussitôt ; les deux autres ne le virent point : plus tard on sut pourquoi : ils n'étaient pas en état de grâce, ont-ils plus tard avoué eux-mêmes ; ils n'avaient pas fait leurs Pâques l'année précédente.

- Allons, mes amis, dit Nicolazic, « extasié de joie, » allons ou Dieu et Madame sainte Anne nous conduiront. »

 Le flambeau se mit alors en-mouvement. Il allait en avant, à la distance de quinze pas environ, et à trois pieds d'élévation au-dessus du sol. Le chemin qu'il prit était la voie charretière qui conduisait du village à la fontaine ; et les paysans suivaient, heureux et pleins d'espoir comme jadis les Mages guidés par l'étoile.

 Arrivé en face du Bocenno, le flambeau sort du chemin, pénètre dans le champ, et se dirige par dessus le blé en herbe, jusqu'à l'endroit de l'ancienne chapelle.

 Là, il s'arrête.

 Les paysans qui ont toujours les yeux sur lui, le voient alors s'élever et redescendre par trois fois, comme pour attirer leur attention sur cet emplacement, puis disparaître dans le sol.

 Nicolazic, qui observait tous ces mouvements, se précipita le premier jusqu'à l'endroit où s'était évanouie la lumière, et, mettant le pied dessus, il dit à son beau-frère de creuser là. Louis Le Roux, qui portait la tranche, n'eut pas plus tôt donné cinq à six coups dans la terre meuble des sillons, qu'on entendit sous le choc de l'instrument résonner une pièce de bois

qui s'y trouvait enfouie.

 Tous eurent immédiatement l'intuition que c'était l'image annoncée.

 Comme ils se trouvaient dans l'obscurité, Nicolazic commanda à l'un d'eux d'aller vite chercher de la lumière: « Prenez, lui dit-il, le cierge bénit de la Chandeleur, avec un tison pour l'allumer. »

 Ce qui fut fait. Alors tous se mirent à l'œuvre, et ils ne tardèrent pas à retirer du sol la vieille statue toute défigurée, qui gisait là depuis plus de 900 ans.

 Après l'avoir considérée pendant quelques instants, ils l'adossèrent avec respect contre le talus voisin et se retirèrent surpris et heureux à la fois, en se promettant bien de revenir la voir plus à loisir quand il ferait jour.

 Nicolazic, enfin au comble de ses vœux, croyait-il, ne se possédait pas de joie.

 Au lever du jour, il revint de très bonne heure au Bocenno, accompagné de son ami Lézulit, qu'il était allé chercher lui-même.

 Tous deux examinèrent alors longuement l'objet qu'ils avaient déterré : c'était bien une statue, très endommagée par ce long séjour en terre humide et rongée aux extrémités, mais néanmoins conservant encore quelques traits assez frustes et des ombres de couleur.

A suivre : Le samedi 8

Lien " j'allume des veilleuses pour les défunts "

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader